Partager

Le ministre de l’Economie et de Finances, Abou Bakar Traoré a affirmé devant les élus de la nation, lors de l’examen du projet de budget d’Etat 2007, le 28 décembre dernier, qu’il a mis à la disposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) une avance budgétaire de 1 milliard F CFA. Ces propos viennent d’être contestés par le président de la CENI.

En effet, Fodié Touré a été on ne peut plus clair, au cours de sa conférence de presse du jeudi. «La CENI n’a reçu que 800 millions F CFA », insistera-t-il ? Mais toutefois a-t-il précisé qu’à l’issue de l’arbitrage budgétaire 9 véhicules, estimés à 270 millions F CFA, en raison de 30 millions par véhicule, ont été mis à la disposition de la CENI.

«Même avec 1 milliard, aujourd’hui on est en retard», rappellera Fodié Touré. C’est pourquoi la CENI a demandé qu’il faut qu’un minimum de 3 milliards soient mis versés dans son compte au 31 janvier. «Pour nous, au 1er octobre on devrait avoir la moitié du budget de la CENI (4 846 870 350 F CFA) dans notre compte et le reste avant la présidentielle du 29 Avril. Nous ne voulons pas prendre aucun retard», a laissé entendre le patron de l’institution chargée du suivi et de la supervision des élections générales.

Aussi les responsables de la CENI se sont-ils engagés à donner la priorité à ses démembrements. C’est ainsi qu’en plus de l’équipement et du budget de fonctionnement un premier appui de 100 000 F Cfa sera affecté à chacune de structures. Ensuite elles recevront trois autres appuis du même montant. Ce qui revient à 400 000 F CFA pour chaque démembrent de la CENI tout le long du processus électoral.

Fodié Touré s’est prononcé sur plusieurs autres sujets en rapport avec les élections générales de 2007. A propos de l’effectif de la CENI, il s’est réjoui de l’arrivée du représentant du RDT. «Aujourd’hui, nous regrettons le représentant du RPM», a déploré Fodié Touré. «A l’intérieur du pays, le RPM est représenté et à l’extérieur à 90%. A part Bamako, le RPM est partout», rappellera le président de la CENI. Selon lui, la mission de son institution s’arrête à la porte du pouvoir judiciaire. Il faut que les électeurs s’approprient de la loi électorale pour qu’ils sachent à quelle porte faut-il frapper ?, insistera Fodié Touré.
S’agissant des nouveaux critères pour briguer la présidence de la République, il soutient qu’ils donnent plus de crédibilité et de légitimité aux présidentiables.
Le patron de la CENI est satisfait du travail accompli en trois mois par son institution. Les membres de la CENI ont pu mettre en place tous les démembrements dans les 703 communes, les 49 cercles et le district de Bamako, ainsi que dans les 39 juridictions diplomatiques et consulaires du Mali. En tout 4740 agents sont déployés sur toute l’étendue du territoire du Mali. Ils ont pour mission le suivi et la supervision des élections générales.

Birama Touré

16 janv 07