Partager

Dans le souci de permettre aux unités opérationnelles sur le terrain de s’acquitter de leurs obligations dans le strict respect des valeurs démocratiques, la direction de l’École nationale de police vient d’initier un manuel de formation sur les activités de maintien de l’ordre public et le respect des droits de l’Homme.

Élaboré par les fonctionnaires de police maliens, avec l’appui technique et financier de l’Institut danois des droits de l’Homme (IDDH), la cérémonie de lancement officiel dudit fascicule s’est tenue hier à l’École nationale de police (ENP), sise à N’tomikorobougou.

L’évènement a été présidé par le directeur général de la police nationale, inspecteur général Moussa Ag Infahi, en présence des représentants de l’ambassade royale du Danemark dans notre pays, Lars Olaf Sovndahl Petersen et de l’IDDH, Famorogué Camara.

Dans son intervention de bienvenue, le directeur de l’ENP a rappelé que toutes les réformes initiées ces dernières années par la hiérarchie policière s’inscrivent dans la logique du renforcement du professionnalisme des fonctionnaires de police. Ce professionnalisme, a-t-il ajouté, impose l’efficacité dans le respect des libertés et droits fondamentaux du citoyen.

Il rappellera que l’opération de maintien de l’ordre est une mission de police très complexe et sensible pour toutes de forces de l’ordre. En ce sens que «les civilisations démocratiques ont développé des libertés individuelles et collectives parmi lesquelles, la liberté d’expression qui, selon les analystes, est l’essence de toute démocratie», a argumenté le contrôleur général Seydou Diarra.

Pour lui, à travers ce manuel, il s’agit pour tout agent de terrain de concilier l’obligation d’assurer l’ordre public et la jouissance des droits de l’Homme, «c’est-à-dire maintenir l’ordre public en respectant les droits reconnus aux citoyens dans les conditions définies par les textes». Le représentant de l’IDDH a indiqué que son organisation œuvre depuis 2009 aux cotés des institutions de défense des droits de l’Homme du Mali en vue d’améliorer la situation de ceux-ci sur le territoire et, par la même occasion, accompagner le pays à honorer ses engagements internationaux dans le domaine.

«Le partenariat entre la police nationale du Mali et l’IDDH remonte à 2013 et il est centré sur l’appui technique et financier à la conception et la dissémination d’outils pédagogiques dans le domaine des droits de l’Homme», a rappelé Famorogué Camara. Avant de réaffirmer l’engagement de son organisation à poursuivre ses efforts avec la police malienne pour consolider les résultats atteints. Lars Olaf Sovndahl Petersen a souligné que le respect des droits de l’Homme dans le maintien d’ordre est un sujet sur lequel son pays entend mettre l’accès pour l’émergence d’une police intègre au Mali, où le fascicule a été élaboré en collaboration avec l’IDDH.

Pour le directeur générale de la police nationale, ce document est un outil très important aussi bien pour sa corporation que pour les autres forces de maintien d’ordre, en l’occurrence la gendarmerie et la garde nationale. L’occasion était bonne pour l’inspecteur général Moussa Ag Infahi, de rappeler que la police nationale, à l’instar de toutes les forces de sécurité intérieure, est en réforme.

«C’est pourquoi depuis 2013, les autorités du pays ont mis en place un commissariat à la réforme du secteur de la sécurité», a-t-il ajouté, avant d’inviter les différents commandants de forces au respect scrupuleux des libertés et des droits humains. «Nous disons à la police nationale, tolérance zéro pour une agression inutile. Un État se défini par l’ordre et celui-ci doit être assuré avec la légalité. Donc, aucune entorse à cette légalité ni violation des droits de l’Homme ne seront tolérées», a déclaré Moussa Ag Infahi.

La cérémonie a été marquée par la présentation du fascicule par le directeur adjoint de l’ENP, commissaire principal Fantiémé Coulibaly, et la remise symbolique d’un exemplaire au représentant du chef de la Délégation de l’Union européenne au Mali, par le directeur général de la police nationale.

Aboubacar TRAORÉ

Source: L’Essor