Partager

Les 20, 21 et 22 Février 2009, le Centre International de Conférence de Bamako (CICB) a abrité les travaux de la huitième journée du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens. Durant ces trois jours, les pharmaciens ont passé à la loupe toutes les difficultés qui entravent leur profession.

La cérémonie de cette 8è édition a enregistré la présence du ministre de la Santé, M. Oumar Ibrahim Touré, du Président du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens, le Dr Nouhoum Coulibaly, et du Président du Collectif des Jeunes Pharmaciens.

De façon claire, le conseil a dit ce qui semble être la position de tous les membres de la corporation. Des déclarations des pharmaciens présents à cette rencontre (la huitième du genre), il ressort que dans notre pays, c’est surtout la concurrence déloyale livrée par des individus sans qualification qui entrave le métier de pharmacien.

Si le médicaments doit être de qualité pour être vendu à un coût accessible à toutes les couches, les autorités ,de leur côté, doivent aussi prendre leur responsabilité, devant cette situation dont nul n’ignore les conséquences. Il s’agit de la vente illicite des produits pharmaceutiques.

Ce phénomène grandissant, qui se passe sous le nez et la barbe de la Police, de la Gendarmerie et des autorités sanitaires, n’est rien d’autre que la banalisation de la profession de pharmacien. C’est pourquoi durant ces trois jours de travaux, le Conseil, en plus d’avoir débattu certains thèmes très importants, a saisi l’occasion pour interpeller les autorités.

Parmi les principaux thèmes abordés au cours de cette huitième journée, on peut citer la socialisation des jeunes pharmaciens, la pratique officinale, l’importation et la distribution en gros des médicaments, la pratique dans les laboratoires d’analyses biomédicales, la problématique de l’industrie pharmaceutique dans notre pays… Toutes ces différentes communications sont comprises dans un thème principal : “Les bonnes pratiques pharmaceutiques : facteur de prise en charge efficiente des usages”.

Les participants ont échangé sur plusieurs communications développées par des experts. La Communication N°1, dont l’animateur est Maître David M’Bock, avocat et expert en matière de responsabilité professionnelle, portait sur “La responsabilité professionnelle du pharmacien dans le secteur de la répartition pharmaceutique”.

Justificatif : La responsabilité professionnelle du pharmacien doit être constamment rappelée, au regard du droit des usagers à accdder aux soins de santé de qualité. Cette responsabilité professionnelle est en outre le reflet de l’éthique, au plan professionnel.

La Communication N°2, animée par le Doyen des pharmaciens du Mali, le Pr Koumaré, portait sur “La pharmacie de demain” : Justificatif : l’amélioration continue de la qualité des prestations pharmaceutiques est une des stratégies incontournables de la lutte contre les pratiques illégales et de non qualité qui ont tendance à banaliser l’exercice de la profession pharmaceutique.

Quant à la Communication N°3, dont l’animateur était le Président du Collège des Ordres des Pharmaciens de l’UEMOA, le Dr Kouassi Parfait, elle évoquait le thème “La libre circulation des biens et des services dans l’espace UEMOA : Quel impact sur le secteur pharmaceutique ?”.

Justificatif : les nouvelles mesures en faveur de l’intégration sous-régionale des pays de la zone UEMOA offrent des opportunités aux opérateurs privés, publics ou communautaires, pour améliorer leur champ d’action dans un marché plus élargi.

Les pharmaciens doivent donc être correctement informés, afin de bénéficier des effets induits de l’intégration et de jouer pleinement leur rôle dans l’amélioration de la couverture sanitaire des populations des pays de l’UEMOA.

Lors de cette conférence, trois idées fondamentales ont été développées : les multiples aspects de la responsabilité professionnelle du pharmacien praticien ; le rôle et les pratiques du pharmacien de demain pour répondre aux nouvelles exigences (qualité des soins, sécurité du patient, etc) ; et l’exercice de la pharmacien dans l’espace UEMOA.

Au titre des résultats attendus par les acteurs, il faut signaler que les participants se sont appropriés le concept de “Pharmacie de demain”. Ils sont informés et sensibilisés sur différents aspects de la responsabilité professionnelle du pharmacien, sur les nouvelles exigences relatives aux patients et aux soins, et sur les nouvelles directives en matière de pratiques professionnelles dans l’espace UEMOA.


Laya DIARRA

24 Février 2009