Partager

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une résolution qui demande à la Minusma d’apporter un soutien logistique et matériel aux forces antiterroristes du G5-Sahel. Paris, qui portait cette résolution, aurait souhaité un soutien plus large et pérenne, mais Washington a refusé que les fonds de l’ONU soient engagés dans la force du G5. Paris a donc proposé la mise en place d’un fonds spécial géré par l’Union européenne pour obtenir un consensus.

Grâce à cet accord qui devra être signé le plus rapidement possible entre Antonio Guterres, le secrétaire général, et les pays du Sahel, la Minusma sera chargée de fournir de l’eau, de l’essence, des rations alimentaires et s’il le faut de participer aux évacuations médicales des soldats du G5, mais uniquement lorsque ceux-ci se trouvent à l’intérieur des frontières maliennes. Les autres pays du G5 que sont la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad peuvent grincer les dents.

Du 11 Décembre 20174