Partager


A travers l’Opération ramadan de la Fondation Partage qui a démarré jeudi, il s’agit de servir de la bouillie tous les jours du mois sacré et du riz au gras tous les vendredis aux fidèles musulmans à l’heure de la rupture du jeûne.

Démarrée avec 4 sites, l’Opération ramadan de la Fondation Partage concerne cette année 32 sites contre 24 l’année dernière. Cette extension s’explique par le fait que chaque année la Fondation Partage reçoit des sollicitations de diverses personnes ou mosquées pour la couverture de leur zone.

Pour cette 14e édition de l’Opération ramadan de la Fondation Partage qui a débuté le 11 août 2010, 29 mosquées et 3 hôpitaux sont ciblés. L’une des spécificités de l’édition 2010 réside dans le fait que l’Opération va au-delà du district de Bamako. En effet, elle touche des banlieues de la capitale comme Tienfala, Kasséla, etc.

La Fondation Partage que dirige Mme Adame Ba Konaré n’écarte pas l’hypothèse d’élargir progressivement son opération à d’autres localités du pays. En initiant l’Opération Ramadan, la Fondation, à travers sa présidente, a voulu soulager les nécessiteux qui n’ont pas de quoi rompre leur jeûne.

Au total, ce sont 31,9 tonnes de mil, 12,7 tonnes de sucre, 6,8 tonnes de riz, 96 bidons de 20 litres d’huile, 32 cartons de savons, 32 bœufs qui seront distribués sur financement de Mme Adame Ba Konaré, présidente de la Fondation Partage, pour un montant de près de 40 millions de F CFA.

Avec l’Opération ramadan, il s’agit de servir du lundi au jeudi de la bouillie durant tout le mois sacré aux fidèles musulmans dans des mosquées à l’heure de la rupture du jeûne. Un plat de résistance ; à savoir : le riz au gras leur est servi tous les vendredis. Ce faisant, la présidente de l’institution caritative, Mme Adame Ba Konaré respecte la tradition et témoigne sa solidarité vis-à-vis de ses coreligionnaires. Dans des mosquées visitées jeudi par la commission d’organisation de la Fondation Partage, l’on s’est aperçu que la joie est grande chez les bénéficiaires.

C’est le cas à la 7e mosquée de Sikoroni où Youma Sininta témoigne qu’ils ont bénéficié l’année dernière d’une opération similaire. « C’est la 2e année consécutive que la Fondation Partage nous apporte aide et assistance. Quand nous avons formulé la demande de soutien adressée à sa présidente, Mme Adame Ba Konaré, elle n’a pas mis du temps pour nous répondre. Nous la remercions infiniment et nous formulons des vœux de réussite pour sa Fondation ».

A la 7e mosquée de Sikoroni, les femmes étaient réunies autour d’une grosse marmite de plus de 20 kg pour la préparation de la bouillie.

Selon les explications fournies par Abdoulaye Yacouba Maïga, organisateur de ladite mosquée, « du début à la fin du mois de ramadan 25 kg de mil, seront mis à la disposition des femmes chaque jour pour la préparation de la bouillie. Pendant que les vendredis, elles recevront 50 kg de riz pour la préparation du riz au gras. Nous souhaitons bonne chance à la Fondation Partage et à sa présidente ».

A la mosquée de Daoudabougou, un autre site bénéficiaire, l’on reconnaît que cette initiative de Mme Konaré cadre bien avec le ramadan qui, explique-t-on, doit être un moment privilégié d’entraide et de pardon entre les frères musulmans.

Selon Yacouba Doumbia, ce geste de la présidente de la Fondation Partage est très important et a son sens. « Le ramadan, c’est un mois béni, pendant lequel Dieu nous demande d’assister nos prochains en situation difficile. Et c’est ce qu’a fait la Fondation Partage« .
Sur les autres sites visités : Kalabancoro et Kalabancoura, le constat qui se dégage est l’effectivité de l’Opération qui présente à la fois un impact social et psychologique dans la mesure où elle permet aux fidèles de se retrouver dans la communion autour d’un même plat.

Mohamed Daou

16 Aout 2010