Partager

La 11e édition de l’opération ramadan de la Fondation Partage, démarrée lundi, se caractérise par son extension à de nouvelles communes.

Le ramadan est un mois particulier de l’année pour plus d’un milliard de musulmans dans le monde. C’est un temps consacré à une réflexion intérieure, à la dévotion envers Dieu et à la maîtrise de soi.

La communauté musulmane du Mali à l’instar d’autres pays a débuté lundi le mois béni de ramadan. Durant un mois, les adeptes du prophète Muhammad (PSL) vont s’abstenir de nourriture, de boisson, de cigarettes ou de rapports sexuels, du lever au coucher du soleil.

Engagement privé entre le fidèle et le Dieu, le mois de ramadan est un moment privilégié de partage, d’entraide et de solidarité. Cette année encore et pour la 11e année consécutive, la Fondation Partage n’a pas dérogé à la règle en procédant le jour même du début du ramadan (lundi) au lancement de sa traditionnelle opération ramadan.

L’une des spécificités de l’opération de cette année réside dans le fait que la présidente de la Fondation Partage, Mme Adame Ba Konaré, a décidé d’étendre la chaîne de solidarité de proximité à de nouvelles communes comme N’gabakorodroit, Konatébougou, Méquinsikoro, etc.

Comme à l’accoutumée, l’opération ramadan de la Fondation Partage concerne le district, ses banlieues et les hôpitaux du Point G et de Gabriel Touré sous forme de services de bouillie de mil tous les soirs à l’heure de la rupture du jeûne sauf les vendredi où du riz au gras est servi aux fidèles musulmans. Pour le bon déroulement de la présente édition, l’institution caritative a mis la main à la poche pour mobiliser 20 tonnes de mil, 80 bidons d’huile de 20 litres, 11,5 tonnes de sucre… pour près de 22 millions de F CFA.

En sillonnant le terrain le 1er août 2008 afin de se rendre compte de l’effectivité de l’opération, l’équipe de la Fondation Partage s’est rendue successivement dans la Commune rurale de N’gabacorodroit, aux mosquées de Konatébougou, de Méquinsikoro et de Torokorobougou.

Selon la présidente de l’Association des productrices de viande de N’gabacoro, Mme Haïdara Diarra Touré, c’est la première fois que la Commune est bénéficiaire de l’opération ramadan. « L’année dernière dans le cadre de l’opération Tabaski, la Fondation Partage nous avait offert un bœuf. Et cette année quand on a approché l’institution pour être bénéficiaire de l’opération, elle a répondu favorablement à notre requête. Nous remercions la présidente de la Fondation Partage pour ses œuvres de bienfaisance ».

Selon des femmes interrogées sur place et qui étaient affairées autour de la bouillie, elles ont reçu pour 6 jours de bouillie les dotations nécessaires : 6 sacs de 25 kg de mil à raison de 25 kg par jour, 120 kg de sucre, soit 20 kg par jour, 4 morceaux de savon, 6 sachets de citron en poudre, 15 000 F CFA devant servir aux frais de bois, 2 baignoires, autant de calebasses, 20 bols, 20 tasses, une marmite de 30 kg complétée à 2 par les femmes de la localité et des tamis.

Même son de cloche à la mosquée de Konatébougou où la présidente des femmes, Mme Hadja Nia Diallo, a laissé entendre qu’elles ont reçu tout le nécessaire couvrant la semaine et que ses co-religionnaires seront mobilisées pour les besoins de la cause pendant les 29 ou 30 jours du ramadan.

« Nous avons bénéficié de l’opération Tabaski l’année dernière. Mais cette année, suite à notre démarche auprès de la Fondation pour nous associer à l’opération ramadan, elle nous a répondu favorablement. Elle nous avait fait la promesse et elle l’a tenue. La bouillie ainsi que le riz au gras sont destinés à tous les fidèles sans aucune distinction. Nous ne pouvons que remercier la présidente de la Fondation Partage. Puisse Dieu l’assister dans ses œuvres quotidiennes » , a poursuivi la présidente des femmes de la mosquée de Konatébougou.

A la mosquée de Méquinsikoro, la joie se lisait également sur le visage des fidèles qui, par la voix de l’imam, Gaoussou Kéita, ont révélé que c’est la première fois que la Fondation Partage se manifeste en leur endroit. « Elle a pris l’initiative elle-même de faire cette aide. Nous avons du mil, du riz, du sucre et de l’argent. Nous remercions la présidente de la Fondation Partage », a témoigné l’imam. Et d’ajouter « qu’en procédant de la sorte la Fondation Partage fait sienne la volonté de Dieu qui prône l’entraide, la tolérance… »

La boucle a été bouclée à la mosquée de Torokorobougou où l’imam Mamadou Moussa Diallo a exprimé sa reconnaissance à la Fondation pour sa politique de solidarité en faveur des couches défavorisées pendant ces moments de disette.

Avec l’opération ramadan, la Fondation Partage entend maintenir le cap de la solidarité et l’allonger. De quoi impressionner le ministère du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées qui a reconnu la nécessité d’appuyer cette année la Fondation Partage pour 4 tonnes de sucre, 2 de riz et 2 de mil. Cet appui est le couronnement d’une décennie de constance de l’institution humanitaire.

La présidente de la Fondation Partage, Mme Adam Ba Konaré et l’ensemble du personnel de l’institution caritative félicitent toute la communauté musulmane pour l’élan de solidarité qui sera capitalisé en faveur des plus démunis et des plus fragiles.

Mohamed Daou

03 Septembre 2008