Partager

Aminata Dramane Traoré satisfaite de la mobilisation des populations


Les quartiers de Quinzambougou et de Bagadadji changeront de visage, dans quelques semaines, après les travaux de pavage et de curage des caniveaux. L’initiatrice de cette opération s’appelle Aminata Dramane Traoré à travers la Fédération des associations maliennes pour l’assainissement et la protection de l’environnement.

Hier, au démarrage des travaux, elle a fait part de sa satisfaction de voir la population se mobiliser autour de cette opération qui permettra d’améliorer son cadre de vie.

Transformer notre environnement à travers des microréalisations judicieuses, peu coûteuses et bien maîtrisées par les populations». Voilà la vision du projet MLI/009 intitulé «Environnement Urbain à Bamako».

C’est un projet initié en partenariat avec Lux Développement, par la Fédération des associations maliennes pour l’assainissement et la protection de l’environnement (FAMAPE). Cette fédération est composée de dix huit associations.

Les premières opérations de ce projet ont permis aux habitants des quartiers de Missira et de Médina-Coura d’améliorer, de manière considérable, leurs conditions de vie et leurs pratiques et comportements en matière d’hygiène du milieu.

Ces deux quartiers ont bénéficié des activités de formation, de curage de caniveaux, de pavage des rues et de plantation d’arbres. L’initiatrice de ce vaste programme de pavage des rues et de curage des caniveaux s’appelle Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre de la Culture et du Tourisme.

Après le succès enregistré à Missira et à Médina-Coura, autour de deux autres quartiers de la Commune II de bénéficier de ce projet de pavage et de curage de caniveaux. Il s’agit de Quinzambougou et de Bagadadji.

C’est dans ce cadre qu’une délégation de la Fédération conduite par Aminata Dramane Traoré s’est déplacée, hier, jeudi 3 juillet afin de s’enquérir sur l’état d’avancement des travaux. C’est à Quizambougou que la délégation a commencé la visite des travaux de différentes rues (514, 525) où elle a été accueillie par le chef de quartier, Bouya Simpara.

La mobilisation était grande. Les vieilles personnes, les jeunes et mêmes les femmes étaient tous mobilisés pour la cause. Ils ont tous apprécié cette initiative qui rentre dans le cadre de l’amélioration de leur cadre de vie et du développement de leur quartier.

Après Quinzambougou, Aminata Dramane Traoré et sa délégation se sont rendues sur les travaux de Bagadadji. Dans ce quartier, c’est une foule nombreuse composée des griottes qui a accueilli la délégation.

Les impressions d’Aminata Dramane Traoré semblent être bonnes : «c’est avec plaisir que j’ai visité les travaux de pavage et de curage des caniveaux de Quinzambougou et Bagadadji. Je suis vraiment satisfaite et contente de voir cette mobilisation de la population, en l’occurrence les jeunes. La différence entre les rues pavées et celles qui ne le sont pas, est claire.

L’impact est considérable. Dans les quartiers où nous avons initié ce genre, nous avons constaté que les gens balayent régulièrement les rues».

Le but de cette visite à Quinzambougou et Bagadadji, a précisé Aminata Dramane, était «d’identifier, à ce stade de travaux, les défaillances dans la manière de poser les dalles et d’utiliser le ciment. Il s’agissait également pour nous de mobiliser les jeunes.

Nous avons constaté, à certains endroits, que les maçons, qui sont un peu pressés, ne veillent pas à encastrer les pierres si bien qu’il y a une grande consommation de ciment. Alors que l’originalité de la démarche, c’est une réponse à faible coût qui sous-entend une meilleure gestion du sable et du ciment.

Les superviseurs des travaux ont pris acte de ces remarques. Je crois que d’ici la fin de la saison des pluies, nous espérons qu’une bonne partie de ces quartiers sera terminée pour le bonheur de la population».

Précisons que deux associations ont été retenues par la Fédération pour conduire cette opération. Il s’agit de l’Association pour l’Unité et le Développement de Quinzambougou (QUAD) et l’Association des Femmes pour la Protection de l’Environnément.

En tout cas, les jeunes ont apprécié, à sa juste valeur, cette opération qui crée de l’emploi, pendant cette période de vacances. Autre impact, c’est bien la salubrité qui permettra de prévenir le paludisme et d’autres maladies.


Alou B HAIDARA

04 Juillet 2008