Partager

Ce 14 avril 2012, un groupe de cent soixante (160) militaires de l’armée malienne, libérés par le mouvement Ansar dine. Au même moment, nous apprenions d’un site d’information algérienne, El Khabar.com, que la nébuleuse qui détient les sept diplomates enlevés à Gao exige, pour l’élargissement de ces otages, la libération d’une quarantaine de ses combattants détenus en Algérie.

Le consul algérien à Gao a été enlevé en compagnie de six autres personnes travaillant dans la représentation diplomatique de ce pays. C’était le 1er avril, dans la foulée de l’occupation de la ville par les mouvements rebelles. Une semaine après le rapt qui, selon des informations, a été perpétré par des intermédiaires, le groupe pour l’Unicité et du combat en Afrique de l’ouest a revendiqué l’enlèvement et souligné qu’il fera ultérieurement part de ses doléances.

C’est désormais chose fait : le groupe exige la libération de 40 islamistes, dont 4 dirigeants du mouvement, condamnés à la peine capitale et à de lourdes peines en Algérie. La revendication, selon le site, aurait été exprimée via un intermédiaire malien et soutient qu’Alger aurait refusé de donner une suite favorable.

De son côté, ce samedi 14 avril, le Mali a pu mettre la main sur 160 de ses militaires faits prisonniers par le groupe islamiste Ansar dine. Cette opération, explique des sources, est la première initiative d’une série de mesures initiées par le leader du groupe, Iyad Ag Ghaly, sur insistance de personnalités de la société civile malienne ayant encore de l’estime auprès du chef islamiste.

Ansar dine, faut-il le souligner, exige l’instauration de la loi islamique au Mali sans prôner la partition du pays contrairement au mouvement touareg armé appelé MNLA qui revendique tout le nord de notre pays. Si celui-ci est désigné par les occidentaux comme « l’unique maître » des zones nord, le repositionnement des différents groupes armés au début de ce mois d’avril démontre qu’Ansar dine, ainsi qu’Al Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi) occupent, eux aussi, bel et bien ces différentes localités.

Seydou Coulibaly

AFRIBONE

14 avril 2012