Partager

C’est l’événement culturel phare du week-end,la première mondiale de Bintou Were, un Opéra du Sahel. L’événement est inédit car l’opéra est un genre presque inconnu sous nos cieux. Dès lors, l’on comprend l’impatience et la curiosité du public d’assister à Bintou Were, l’Opéra du Sahel qui sera présenté demain, samedi, dans un théâtre en plein air sur les berges du Niger. Ce grand spectacle, une première dans le Sahel, sera en principe présidée par le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga et enregistrera la présence de plusieurs membres de la famille royale des Pays Bas : le prince Constantijn, la princesse Laurentien, le prince Friso et la princesse Mabel.

A priori surprenante, cette forte présence princière hollandaise a une explication simple : l’idée d’un opéra africain a été nourrie par feu le prince Claus des Pays Bas (1920-2002).

Le prince Claus envisageait un opéra où des musiciens, auteurs et danseurs africains pourraient faire la démonstration de leurs talents. Il voulait également que le thème choisi traite d’une façon ou d’une autre, des rapports entre l’Afrique et l’Europe. C’est chose faite. Et l’opéra Bintou Were, un opéra du Sahel a choisi un thème d’une brûlante actualité : l’émigration africaine vers l’Europe.

C’est ce qu’a expliqué hier, le ministère de la Culture lors d’une conférence de presse organisée en prélude à la présentation du spectacle, pour situer l’événement dans son contexte, et expliquer le travail gigantesque effectué en amont pour concrétiser l’idée originale du prince Claus.

L’opéra raconte ainsi la quête d’un groupe d’Africains en route vers l’Europe ou ils espèrent pouvoir réaliser leurs rêves. Le spectacle a été conçu et mis en scène par une équipe de personnes originaires de plusieurs pays de la sous-région : Le Mali, le Burkina Faso, le Bénin, la Guinée, le Sénégal et la Guinée Bissau.

De grands noms de la scène théâtrale et musicale africaine y sont associés : notre compatriote Massambou Wele Diallo, metteur en scène, les chorégraphes, Germaine Acogny (Sénégal) et Flora Théafaine (Togo). Les costumes ont été créés par la styliste sénégalaise Oumou Sy. La direction artistique est assurée par Wasis Diop

Le secrétaire général du ministère de la Culture, Alhady Koïta, a insisté sur l’intérêt de ce spectacle qui répond à une volonté de promotion de la culture africaine dans un contexte de globalisation et de débats sur la diversité dans les grandes tribunes. Bintou Were constitue, de son point de vue, une contribution africaine au développement d’un opéra moderne.

L’ambassadeur des Pays-Bas dans notre pays, Harry Buikema, a salué l’implication des hautes autorités maliennes dans la réussite du spectacle. Le diplomate néerlandais a aussi salué l’appui financier de la fondation Prince Claus pour la culture et le développement qui stimule les qualités artistiques et intellectuelles en encourageant les débats, les processus de création et de production artistiques en Afrique.

La première européenne de l’Opéra du Sahel aura lieu à Amsterdam lors du « Holland festival » les 7, 8 et 9 juin au Muziekgebouw. En octobre, le spectacle sera présenté au théâtre du Châtelet à Paris avant d’entreprendre des tournées africaines.

L’opéra est une coproduction du Mali, de la Fondation Prince Claus et du théâtre du Châtelet à Paris.

M. KONATÉ / Essor

16 fev 2007.