Partager

A travers sa sortie de terrain vendredi en zone Office riz Ségou, le ministre du Développement rural accompagné de son collègue délégué en charge de l’Elevage et de la Pêche, a voulu s’enquérir des potentialités et des difficultés de la zone ORS.

La zone d’intervention de l’Office riz Ségou a été visitée vendredi dernier par les ministres du Développement rural et celui en charge de l’Elevage et de la Pêche afin de constater de visu les potentialités de cette zone et d’identifier les problèmes. L’autre centre d’intérêt de cette visite ministérielle était de voir comment évoluent les travaux dans la zone de Dioro notamment au niveau des complexes de Thion, Soké I et les projets réalisés par l’ORS en partenariat avec le projet Villages du millénaire avec les coopératives des femmes de Dioro et de Konou.

Lors de cette visite, le ministre Bocary Téréta a constaté la dégradation du complexe de Thion et s’est rendu compte de l’importance de la reconversion de ce cassier et de celui de Soké I (3765 ha) en maîtrise totale d’eau

Le DG de l’ORS, Babougou Traoré, après avoir expliqué le fonctionnement de l’Office riz Ségou a affirmé qu’au terme de la campagne agricole 2013-2014, l’ORS se propose de réaliser environ 170 400 tonnes de céréales dont 75 000 tonnes de riz Paddy. Ces résultats ne seront pourtant atteints qu’avec les activités de maîtrise de l’eau, inscrites dans le programme d’activité 2013 de l’ORS. Il faut passer du système de submersion contrôlée à celui de la maîtrise totale de l’eau, moins vulnérable dans un contexte de rareté des pluies et de baisse de la crue du fleuve.

« Nous sommes tributaires de la présence des pluies. Soit, la pluie n’est pas au rendez-vous ou elle l’est. Et si la pluie est au rendez-vous, ce sont les crues du fleuve qui ne sont pas au rendez-vous. C’est pourquoi dans notre nouvelle vision, nous sommes en train d’aller vers la maîtrise totale de l’eau qui consiste à aménager des terres, qu’il pleuve ou pas, nous pouvons avoir de l’eau et la faire sortir ou la faire rentrer comme nous le voulons pour les besoins de travail. Nous savons qu’au stade actuel, les choses ne sont pas encore comme nous le voudrions, mais nous allons y parvenir avec le projet de la maîtrise totale de l’eau », a révélé Babougou Traoré.

Après l’étape du complexe de Thion, le ministre et sa délégation se sont rendus à Konou pour visiter la mare de poissonnerie effectuée par le projet villages du millénaire. Là-bas, il s’est imprégné des difficultés rencontrées par la commission de gestion de cette mare qui sont entre autres, le manque de maîtrise de la crue et le problème d’organisation.

Avec l’accompagnement de l’encadrement de l’ORS, ce projet a élaboré une stratégie d’approvisionnement en intrants agricoles. Cette stratégie est basée sur une subvention dégressive de 50 % en première année, 25 % en deuxième année et 0 % en troisième année sur un fonds de remboursement en nature (mil, sorgho ou riz paddy) en fin de campagne.

A l’issue de la visite, le ministre a tenu une assemblée avec la direction de l’ORS, les agriculteurs, les pisciculteurs et les éleveurs pour échanger avec eux sur des problèmes qu’ils rencontrent dans les travaux. Il a aussi sollicité l’appui des partenaires techniques et financiers, notamment les privés, pour voir dans quelle mesure la zone ORS peut, en dépit des activités agricoles, servir à la pisciculture et à l’élevage.

Sory I. Konaté

(envoyé spécial)

23 Octobre 2013