Partager

S’il est vrai que la zone de Dioro a connu des pluies abondantes rapprochées à telle enseigne que des champs ont été submergés, force est de reconnaître aujourd’hui qu’une certaine accalmie s’est installée et les producteurs sont revenus pour refaire les semis. Malgré l’installation tardive des pluies, sur une prévision de 13 500 hectares à emblaver, 10 500 hectares l’ont été à la date du 23 août 2010 soit 77 % de réalisation. Les 3000 hectares restants le seront d’ici la fin du mois d’août et la mise en eau commencera à partir du 1er septembre.
L’autre signe encourageant de la nouvelle campagne agricole à l’ORS, c’est la disponibilité d’une importante quantité d’eau partout supérieure à l’année dernière sauf à Tamani.

A ces indices, s’ajoute la disponibilité de l’engrais. Sur un objectif de 350 tonnes de DAP, 233 tonnes ont été reçues et placées. Sur une programmation de 250 tonnes en urée, 200 tonnes ont été reçues et mises à la disposition des producteurs. De plus, pour le compte du Programme Village du Millénaire (PVM), sur les 865 tonnes attendues, 768 tonnes ont été reçues et livrées. Actuellement, les semis sont terminés dans la zone de Dioro. Toutes choses qui augurent de bonnes perspectives pour la nouvelle campagne agricole à l’ORS. Dans la zone de Dioro, l’on dénombre 6 900 exploitants agricoles repartis dans 75 villages.

Au cours de sa randonnée, le Sédizon accompagné du DG de l’ORS a visité des magasins de stockage de Soké où plus de 800 tonnes de riz invendus sont sous la main des producteurs. Pour Abou Sow, l’Etat encourage la production record pour 3 raisons : premièrement, que le Mali puisse disposer d’un stock de sécurité nationale, deuxièmement, pour couvrir les besoins alimentaires et troisièmement, que le Mali puisse être exportateur de riz.

Le trafic d’engrais dénoncé
Mais le Secrétaire d’Etat n’a pas du tout apprécié que l’engrais subventionné par l’Etat du Mali pour soulager les producteurs soit vendu dans d’autres pays. « Eviter de vendre les engrais subventionnés par l’Etat. Depuis 3 ans, dans le cadre de l’Initiative riz, l’Etat dépense plus de 20 milliards de F CFA pour subventionner l’engrais au bénéfice des producteurs. Il n’est pas heureux de constater que les producteurs utilisent cet engrais à d’autres fins que leur champ », a regretté le Sédizon.

Toutefois, le DG de l’ORS a donné des apaisements. Aux dires de Kalidy Kaloga, des garde-fous existent à ce jour pour contrer des pratiques peu orthodoxes dans la gestion de l’engrais. Participe de cette volonté la délivrance d’une caution technique au producteur devant être présentée au magasin pour l’enlèvement de l’engrais. « A défaut de cette caution technique, il n’est pas possible pour un exploitant agricole d’enlever un sac d’engrais », a expliqué M. Kaloga.

A la rencontre avec les producteurs de la zone de Dioro, le Sédizon a annoncé que des efforts sont en cours pour la reconversion des 1 571 hectares de Tienkounou et des 3 000 hectares de Soké I en maîtrise totale d’eau. Si pour les premiers le financement est acquis, pour les seconds l’argent est acquis pour la phase études. Le Secrétaire d’Etat a jugé nécessaire d’améliorer le niveau d’équipement des producteurs et partant celui des rendements. « Il nous faut aller au-delà de la daba et de la charrue ».

Une minute de silence a été observée à la mémoire de Bourama Diakité, chargé des opérations techniques (COT) à Dioro, décédé samedi dernier. Mercredi, le Sédizon en compagnie du DG de l’ORS était à Konodimini à une vingtaine de kilomètres de Ségou pour constater sur place l’évolution de la nouvelle campagne agricole.
Nous y reviendrons.

Mohamed Daou
(envoyé spécial)

26 aout 2010