Partager

C’est à Niono que l’Office du Niger a lancé sa campagne agricole, en fin de semaine dernière, sous la présidence de Mamadou M’Baré Coulibaly, Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, et en présence du PDG de l’Office, Mamadou Boye Coulibaly. 2013-2014 promet beaucoup, avec une augmentation de la production de 6%.

En effet, selon les chiffres communiqués par le PDG de l’Office du Niger, il est attendu une production totale de 737 465 tonnes de paddy, dont 671 289 tonnes en saison et 66 176 tonnes en contre-saison, soit une augmentation de 6% par rapport à la campagne 2012/2013.
La mise en œuvre de cet important programme de production, selon toujours Amadou Boye Coulibaly, sera assurée par 62 438 exploitations agricoles, pour une population totale de 482 301 habitants, au niveau de 339 villages des cercles de Macina, Niono et de Ségou. Ceci, avec l’appui conseil de 335 Agents techniques d’irrigation et de vulgarisation des bonnes pratiques de production dans des périmètres irrigués gravitairement.
Pour ce faire, les dispositions de mise en place de semences certifiées et d’engrais organiques et minéraux sont maîtrisées à travers les Associations de Productions de Semences, les Fermes Semencières publiques et privées, la Recherche Agronomique et la Commission Centrale d’Approvisionnement en Intrants Agricoles.

Subvention d’intrants: plus de 4,5 milliards de FCFA

Le Gouvernement du Mali, dans le cadre de l’atteinte de sa sécurité alimentaire, continue son effort de soutien à l’agriculture par la poursuite de la subvention des engrais et semences. En dépit des nombreuses difficultés que connait notre pays, il a été accordé une subvention d’engrais et de semences de maïs hybride au titre de cette campagne qui se chiffre à 4 588 800 000 FCFA. Ladite subvention porte sur 18 000 tonnes d’urée pour le casier, 9 000 tonnes de DAP pour le casier, 8 200 tonnes d’engrais organique et 9,2 tonnes de semence de maïs hybride.

Ces dispositions d’acquisition d’intrants de qualité, à moindre coût, en conjonction avec les efforts de renforcements des capacités de l’encadrement technique et des producteurs et productrices, garantiront, selon les techniciens, l’atteinte des objectifs de mise en valeur correcte des parcelles rizicoles, aussi bien au niveau des anciens périmètres que des nouveaux, financés par l’Union Européenne, la KFW et la Banque Mondiale.
Outre les thèmes de formations classiques, un accent particulier sera mis sur deux thèmes techniques majeurs: le Système de Riziculture Intensif (SRI) et l’Organisation des Exploitants sur le Réseau Tertiaire (OERT). En plus, dans le cadre de la durabilité de l’outil de production, le programme d’entretien réseau s’est poursuivi normalement au niveau des signataires du Contrat Plan Etat – Office du Niger – Exploitants Agricoles.

Les prévisions du programme d’entretien réseau de 2013 portent sur les réseaux primaire (633 040 000 FCFA), secondaire (1 724 709 000 FCFA) et tertiaire (1 104 015 585 FCFA). Il est important de noter que les efforts d’entretien entrepris depuis trois ans, à travers différents mécanismes, tels que HIMO (Haute intensité de main d’œuvre), ont permis de contrôler la prolifération des plantes aquatiques nuisibles, afin d’assurer la distribution correcte de l’eau aussi bien en saison qu’en contre saison.
Dans le souci de l’accroissement constant des revenus des producteurs de la zone Office du Niger, par la diversification de leurs activités, la structure a conclu cinq thèmes de recherche avec le Centre Régional de la Recherche Agronomique de Niono. Ceux démarrés en 2012 continueront en 2013.

Il s’agit, entre autres, de l’intégration de l’arbre dans le système agraire de l’Office du Niger (agroforesterie fruitière, bois d’énergie et de service), du test de matériels agricoles adaptés aux opérations d’installation, de récolte et post récolte du riz en zone Office du Niger, des tests d’options d’intégration agriculture élevage et de diversification des sources de revenus pour l’amélioration des productions animales en zone Office du Niger, de l’adaptabilité des cultures maraîchères et de diversification en zone Office du Niger, test d’étalement de la production de tomate en zone Office du Niger, de la mise au point des techniques d’estimation des rendements des cultures maraîchères en zone Office du Niger (tomate, oignon, échalote, gombo, pomme de terre, chou, ….) et des test de variétés performantes, adaptées à la riziculture irriguée à l’Office du Niger en saison humide et en contre-saison.

Récompense des meilleurs

L’Office du Niger, dans sa mission de conseil rural pour l’assistance aux exploitants des terres aménagées en approvisionnement en intrants et matériels agricoles, poursuit ses actions de récompense des plus méritants. Il s’agira de récompenser, en fin de campagne 2013-2014, les meilleurs producteurs et productrices, détenteurs de 2 à 5 ha et de 5 à plus de 10 ha, et les trois meilleures OERT de chaque zone.
Puisqu’à l’Office du Niger on ne cultive pas que du riz, il sied de mentionner un dernier détail important: les prévisions pour les autres spéculations pour la campagne 2013/2014 se chiffrent à 337 307 tonnes de produits maraîchers, 5 453 tonnes de maïs et 24 500 tonnes de pomme de terre, pour ne citer que ces produits.

Paul Mben, Envoyé spécial

22 Septembre du 27 Juin 2013