Partager

Après les élections présidentielle et législatives de 2007, l’heure de vérité est enfin arrivée au sein des partis politiques. C’est pourquoi, on assiste aujourd’hui au repositionnement des états major politiques. Si chez les uns, c’est le réveil des vieux démons, chez d’autres, par contre, c’est la sérénité parfaite. Parmi ces partis qui gardent cette sérénité, figure le Parti pour la Solidarité et le Progrès (PSP) qui a à sa des dirigeants dont Oumar H. Dicko.

Rappelons que lors des élections de 2007, le PSP avait accepté de soutenir la candidature de Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle d’avril dernier. En compagnie d’autres, ce parti s’est beaucoup réjoui du plébiscite de ATT avec 71,20%. Toujours fidèle aux idéaux du président ATT, le parti dirigé par Oumar H. Dicko et ses amis de l’ADP ont pu donner la majorité parlementaire à la mouvance présidentielle.

D’ailleurs pour la première fois de l’ère démocratique, le PSP a décroché deux députés à Douentza, considéré comme le fief de Aly Nouhoum Diallo, Moustapha Dicko, tous de l’Adema. Ce qui prouve que les responsables actuels ne cessent de ne ménager aucun effort pour faire renaître le parti de Fily Dabo Sissoko et de Hamadoun Dicko, les précurseurs de l’indépendance du pays en 1960.

L’arrivée de Oumar H. Dicko à la tête du parti a permis de rehausser la valeur et le respect au sein de la scène politique. “Aujourd’hui nous pouvons dire que tous les préjugés sur le PSP sont terminés et cela grâce à l’approche de Oumar H. Dicko. Il a su adapter les idéaux du parti aux réalités actuelles du moment. C’est grâce à lui que les militants du PSP et de l’US RDA se côtoient et font des échanges. La preuve, ces deux partis sont tous membres de l’ADP qui a soutenu le même candidat à l’élection présidentielle d’avril 2007”, a déclaré un observateur averti de la scène politique.

C’est dire que les nouvelles approches et initiatives de M. Dicko sont pour beaucoup dans sa nomination comme ministre de l’Intégration africaine et des Maliens de l’Extérieur de 2002 à 2007. Toutes ces actions positives ont permis de consolider les convictions des responsables et militants du parti.

C’est ainsi que le parti pour la solidarité et le progrès a entamé une offensive à l’endroit de sa base depuis un certain temps. Il s’agira de vérifier et de procéder aux renouvellements des instances du parti pour les échéances de 2009 et de 2012. “Avec cette sérénité actuelle au sein de notre parti, je peux vous dire qu’on est très confiant pour l’avenir et nous comptons faire un grand coup lors des municipales de 2009 et aux législatives de 2012. Concernant la présidentielle de 2012, la décision finale reviendra au congrès”, a déclaré le secrétaire politique du parti.

Aussi le parti s’apprête à accueillir des nouvelles arrivées d’ici la fin de l’année. Tout cela prouve que les responsables actuels sont en train d’abattre d’énormes sacrifices pour l’implantation et la consolidation du parti à Bamako et à l’intérieur du pays. D’ailleurs des tournées viennent d’être effectuées et d’autres sont en vue d’ici le début de la saison des pluies. “Dans quelques semaines, nous allons organiser une conférence de cadre dans les 6 communes de Bamako pour pouvoir nous édifier et d’apporter de nouvelles stratégies pour la consolidation du parti”, a déclaré Bissy Sangaré, 2e vice président du parti national.

Contrairement à certains partis politiques de la place, l’heure est à l’entente et à l’union des coeurs et des esprits de tous les membres et responsables du parti dirigé par Oumar H. Dicko.

En effet, plusieurs partis politiques sont de plus en plus confrontés à des guerres de leadership. C’est le cas à l’URD entre Younoussi Touré et Oumar Touré, respectivement président et vice-président. Même scénario à l’Adema entre Dioncounda Traoré, Soumeylou B. Maïga (même si ce dernier est momentanément exclu) et surtout de l’arrivée probable de Alpha Oumar Konaré.

Le RPM, avec les démissions en cascade des responsables et militants de ces sous-sections et sections, est sérieusement menacés. C’est le cas notamment en Commune VI, V, II, à Kita, à Sikasso. “Dieu merci, notre parti est à l’abri de tout cela. C’est la sérénité et la paix qui règnent dans la famille PSP. Grâce à notre président, tout cela a été anticipé et réglé d’avance”, a déclaré un haut responsable du parti.

Comme on le constate, si le pan de mur des autres partis politiques est en train de s’effondrer, celui du parti de la solidarité et du progrès se solidifie de plus en plus. Et le mérite revient à Oumar H. Dicko qui a toujours su tenir le langage de la vérité aux militantes et militants de son parti. “Nous avons un idéal commun pour notre parti. Nous croyons à nos responsables et à leurs programmes, à leurs visions”, a indiqué un militant du parti.

Sadou BOCOUM

04 Avril 2008.