Partager

L’Assemblée générale extraordinaire du collectif des Ressortissants du Nord (Coren) a eu lieu, hier, dans la salle Djéli Baba Sissoko archicomble, du Centre international de conférence de Bamako. C’était en présence de plusieurs personnalités dont l’ancien Premier ministre, Ahmed Mohamed Ag Hamani, l’ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Kéita, des présidents de parti politiques, Tiéblé Dramé, Choguel Maïga, Younoussi Touré, Younouss Hamèye Dicko, Oumar Hammadoun Dicko et Soumaïla Cissé. L’ancien ministre de l’Agriculture, Seydou Traoré, a lu la feuille de route du Coren qui comprend 5 points : le premier consiste à organiser une marche de protestation contre l’occupation du Nord par les forces rebelles pour assurer l’intégrité territoriale. Le deuxième point vise à mettre en place une chaine de solidarité nationale et internationale pour venir en aide aux parents victimes de l’occupation et de la guerre.

jpg_une-635.jpgLe troisième point consiste à mettre en place un système d’auto-défense des villes et des localités occupées. Quatrièmement, il s’agit de mettre en place un système de communication performant à l’endroit de l’opinion et des institutions juridiques nationales et internationales. Il consiste, pour le cinquième point, de poursuivre ou de faire poursuivre les auteurs des atrocités de crimes de guerre devant les instances judiciaires nationales et internationales. Pour réaliser ces différents points, a indiqué Seydou Traoré, il convient de mettre en place des commissions chargées de leur application. En effet, face à l’empressement de certains, l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga, a attiré l’attention sur la nécessité d’avoir une bonne organisation pour mener le combat de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale.

La Nation, a-t-il dit, est en danger, parce que les 2/3 du territoire national sont occupés par les assaillants. Il nous faut un sursaut d’orgueil, a-t-il ajouté, pour sauver le Mali, en boutant les agresseurs dehors. Il a notamment mis l’accent sur la nécessité de parler d’une même voix et de mettre en place un système efficace. Il a souligné l’urgence de mettre en place des groupes de travail pour la mobilisation de tous le Maliens, des Africains et du reste du monde.

Le président du Coren, Malick Alhousséni, a indiqué : ‘’ ceux qui poursuivent l’illusion d’un territoire dénommé Azawad occupent aujourd’hui presque tout le Nord de notre pays. Depuis dimanche dernier, le Mali est coupé en deux, de fait.

Les assaillants et les terroristes ont tout dévasté dans les localités qu’ils occupent : banques cassées, administration pillée, centres de santés vandalisés, populations violentées, nos sœurs et nos filles violées. A cet instant même, les chapelets macabres de la haine, de la barbarie, de l’inhumain, de la terreur, des assassinats programmés et même d’un génocide planifié s’égrènent avec furie contre les populations innocentes civiles ou militaires des villes de Tombouctou, Gao et Kidal, etc.

Le péché de ces innocents est d’avoir clamé, comme nous le ferons tous, jusqu’à notre dernier souffle, que le Mali est Un, Indivisible et Uni. Que vive le Mali Éternel, Un, Indivisible et Uni. ‘’ Le président du Coren a lancé un appel pour la libération de notre territoire et pour l’aide de la communauté internationale. Malick Alhousséni a signalé à l’Etat qu’il lui incombait d’assurer la sécurité des populations. Il a affirmé qu’il est de son devoir de mettre chacun devant ses responsabilités.

Le président de Coren a soutenu : ‘’ C’est pourquoi, en ces heures sombres de l’histoire de notre pays, j’invite tous les fils et filles du Nord Mali, tous les enfants du Mali notre pays, à se rendre à partir de demain à Gao, à Tombouctou et à Kidal, pour qu’ensemble, comme Mahatma Gandhi, les mains nues et sans violence, nous chassions les prophètes de la haine, de l’intolérance des terres sacrées de nos ancêtres Soundjata, Kankou, Soni Ali Ber, Askia Mohamed, Firhoun, Guéladjo, Damonzon Diarra, Tiéba, Babemba, Diocé Koné, Cheick Oumar Tall, Chaïboun, Hamadi, etc. ‘’ Dans la salle Djéli Baba Sissoko surchauffée, plusieurs personnes, en majorité des jeunes, se sont automatiquement manifestées pour leur inscription comme volontaires sur la liste des combattants.

Baba Dembélé

Le Républicain du 05 Avril 2012