Partager

Décidément, la situation politique du Mali doublée de l’occupation des régions nord fait couler beaucoup d’encre et de salives. Depuis le 22 mars 2012, il ne se passe de jour qu’une organisation ou un parti politique ou encore un regroupement de partis politiques n’animent de conférence de presse pour fixer pour l’histoire sa position. Le 12 avril 2012, le Mouvement « Alternative Mariko 2012 » a organisé une conférence de presse à la Maison de Presse. En plus d’avoir salué la signature de l’Accord cadre entre le Cnrdre et la Cedeao, le Mouvement a appelé à une mobilisation générale et à une contre offensive militaire.

Au cours d’une conférence de presse animée le 12 avril 2012 à la Maison de presse, par la voix de Issoufi Beydari Touré, son secrétaire général, le Mouvement Alternative Mariko 2012, a appelé à la mobilisation générale et à une contre offensive militaire contre la nébuleuse mafieuse qui occupe le nord-Mali. Après avoir constaté qu’une partie du territoire national est occupée par des assaillant sans foi ni loi, le secrétaire général de Alternatives Mariko 2012 a indiqué que les populations sont plongées dans la désolation et subissent des exactions humiliantes.

« Ces assaillants aux motivations bien sombres ont quasiment effacé la mémoire de l’Etat, détruit l’école, menacé le patrimoine culturel de la région nord du pays », a-t-il déclaré. Avant de dénoncer les incantations inutiles, les gesticulations stériles et les manipulations politiciennes de la douleur de notre peuple qui pleure au nord parce qu’il souffre dans sa chair et dans son esprit. « Qui veut la paix, prépare la guerre », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la lecture de l’accord cadre entre le Cnrdre et la Cedeao, Alternative Mariko 2012 a salué sa signature, avant d’inviter la classe politique malienne à gérer ensemble les insuffisances qu’il pourrait comporter. « Pour cela, on devrait s’en tenir strictement aux dispositions constitutionnelles qui limitent la durée du mandat du Président intérimaire à 40 jours. Par ailleurs, les compétences du Président intérimaire sont bien nulles et se retrouvent précisées dans les articles 38, 41, 42 et 50 de la constitution du 25 février 1992 », a indiqué Issoufi Beydari Touré. Il a appelé à une tenue immédiate de la Convention nationale pour gérer les insuffisances de l’Accord cadre et faire redémarrer le pays.

Issoufi Beydari Touré, au nom du Mouvement Alternatives Mariko 2012, crée il y a trois ans par des anciens compagnons de l’AEEM du Dr Oumar Mariko, secrétaire général du Parti SADI, a demandé l’organisation immédiate de la transition et la nomination d’un premier ministre patriote et intègre par le Cnrdre et le médiateur de la Cedeao sur proposition de la classe politique. Pour animer cette conférence de presse, le secrétaire général était accompagné des autres membres de son bureau : Mohamed Sangho, professeur de Biologie et secrétaire à l’organisation ; Issiaka Alimane, professeur de philosophie et secrétaire politique ; Boubacar Abdoulaye Kassambara, professeur d’histoire géographie.

Assane Koné

13 Avril 2012