Partager


Tel est le but de l’Association malienne des juristes handicapés avec la création d’un observatoire des droits des personnes handicapées. Ces differents responsables ont organisé le jeudi 7 juin une conférence-débats au siège de la fédération malienne des associtions des personnes handicapées à Quinzambougou près de l’OPAM.

Elle était animée par le secrétaire général de l’AMJH, Soumaïla Baïni Traoré qui avait à ses côtés le président de ladite association, Moussa Kono Lelenta.C’était en présence du président de la FMAPH, Ismaël Konaté et de plusieurs autres associations exerçant pour la promotion des personnes handicapées.Le thème de cette conférence-débats était “enjeux et perspectives des droits des personnes handicapées”.

D’entrée de jeu, le président de l’AMJH, M. Lelenta dira que la création de l’observatoire a pour but essentiel de matérialiser les efforts et les acquis déjà existants pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées, avant de conclure que ce sera un combat, une oeuvre de longue haleine. En optant pour l’observatoire des droits des personnes handicapées, les responsables de l’AMJH entendent mener plusieurs activitésc ce, après avoir été reconnue par l’AMDH, la FMAPH ainsi que des partenaires étrangers.

Selon le principal conférencier, l’objectif visé, c’est la promotion et la protection des droits des personnes handicapées, la création d’un cadre d’échange, de recherche, de discussion, de proposition, d’éclairage pour le bien-être de ces personnes handicapées. Pour Soumaïla B Traoré, conférencier, un constat amer et triste s’impose. Il s’agit de la discrimination et de la stigmatisation des personnes handicapées au Mali.“Il s’agit là des violations des droits des personnes qui sont inaliénables à tous les citoyens d’un pays. Pour cela, tous les citoyens sont égaux devant la loi.”, a déclaré le conférencier.

Ces violations sont, entre autres, le rejet systématique dont sont victimes ces handicapés, la difficulté d’accès aux services de l’administration, l’attribution des pseudonymes et surtout l’amalgame faisant croire que tous les handicapés sont des mendiants. Alors, avec l’observatoire, la structure entend senbililiser, informer l’opinion nationale sur le rôle important que le handicapé peut apporter sa contribution à l’édification de la pierre augulaire pour le pays. Pour cela, un dispositif d’orientation, juridique et d’aide de conseil fut mis en place pour faciliter l’intégration de ces personnes.

Autre problème soulevé par le conférencier, c’est la problématique de la participation dans les affaires et la prise en charge des handicapés. Pour cela, l’observatoire s’attelle à mettre en place un plan de communication pour informer l’opinion nationale en vue de l’amener à un changement de comportement et surtout de mentalité.

Rappelons que l’observatoire qui a été créé depuis le 1er octobre 2003 entend mettre tout en oeuvre pour que les conditions de vie des personnes handicapées, l’accès facile aux différents services de l’administration soient des réalités. Les différentes activités de l’association sont financées par une association basée à Bobo Dioulasso (Burkina Faso) et par la FMAPH.

Au cours de la conférence-débat, plusieurs suggestions et contributions furent faites pour la bonne marche de l’observatoire. Une manière pour chacun d’apporter sa part afin de pérenniser les actions. Comme par exemple l’organisation d’une émission à l’ORTM et dans les radios privées et travailler avec les services techniques du développement social.

Sadou BOCOUM

08 juin 2007.