Partager

A quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote, le Pôle d’observation citoyenne électorale (Poce) a présenté son dispositif de veille des élections législatives de ce dimanche. A en croire le porte parole du regroupement d’organisations de la société civile, Ibrahima Sangho, quelques 3700 observateurs et 200 superviseurs seront déployés dans des bureaux de vote dans toute les régions du pays, y compris à Kidal.

jpg_une-2334.jpgLe Mali organise des élections législatives les 24 novembre et 15 décembre 2013. Ces consultations couronnent un processus de retour à l’ordre constitutionnel entamé avec la présidentielle tenue il y a trois mois. «Le Poce pense que la réussite de ce premier tour constituera une étape décisive dans la résolution de la crise», a déclaré Ibrahima Sangho.

Il s’agit d’un dispositif de veille et d’alerte du processus électoral par la société civile malienne conduite par le Réseau appui au processus électoral au Mali dirigé par Ibrahima Sangho. Le mode opératoire permet de remonter les données de terrain à partir de la plateforme www.malivote.com, de les traiter et de faire corriger les dysfonctionnements et manquements au fur et à mesure des opérations de vote.

Les conditions d’organisations de la présidentielle a salué par la communauté internationale et le Poce voit en cet exploit «une victoire du peuple malien». Une mobilisation et un esprit patriotique est gage d’une réussite du processus. Entre autres recommandations, le Poce appelle les citoyens à dénoncer «toute fraude ou tentative de fraude», les médias à respecter «l’éthique et de la déontologie». Les candidats sont invités à Eviter toute déclaration prématurée quant à leur victoire avant la proclamation officielle des résultats et d’user des voies légales en cas de contestation des résultats.

Le Poce qualifie d’inclusives ces élections mais note par ailleurs une insuffisance notoire de candidatures féminines. La campagne, elle, s’est déroulée dans un climat apaisée, ajoute-t-il. Avant de regretter que «le passage des messages de sensibilisation à la télévision nationale qui n’a pas tenu compte des heures d’écoute».

La sécurisation maximale et l’amélioration de l’organisation matérielle du scrutin, la lutte contre l’achat de conscience, l’affichage optimal des listes d’identification dans les centres de vote, l’amélioration de la qualité du vote par une réduction significative de la proportion des bulletins nuls, sont autant de défis encore à relever dans le cadre de ces élections.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 23 Novembre 2013