Partager

Le Conseil des jeunes unis pour la démocratie et le développement du Cameroun (COJUD), à l’instar de la plupart des observateurs internationaux s’est dit satisfait du bon déroulement de l’élection présidentielle malienne. Un scrutin que le COJUD juge transparent crédible et qui peut être un modèle pour les pays africains.

Après avoir officié les deux tours de l’élection présidentielle dans les six communes du district et dans certaines capitales régionales, les responsables du COJUD, une organisation de la société civile camerounaise ont présenté hier à la Maison de la presse leur rapport d’observation. Dans ce document, le chef de la Mission des observateurs Takam Ide-Severin qui était entouré de ses plus proches collaborateurs s’est dit très fier des autorités maliennes qui, malgré les défis sécuritaires et les inquiétudes soulevées par rapport à la bonne tenue des élections, ont organisé l’un des meilleurs scrutins sur le continent.

» Les urnes transparentes destinées à contenir les bulletins ont été décachetées publiquement en présence de toutes les parties prenantes. Le décompte des voix s’est fait à haute et intelligible voix de manière a permettre à tous de suivre le calcul relatif aux suffrages valablement exprimés. Devant tout le monde le remplissage des procès verbaux à acheminer au ministère de l’administration territoriale a été fait » a précisé le chef de mission. Avant de poursuivre qu’ils ont vu des innovations qu’ils n’ont jamais constatées ailleurs.

» C’est la première fois que nous voyons des électeurs orientés par SMS par des agents de la délégation générale aux élections le jour du scrutin. Certains pensent ici que le délai de cinq jours est long pour proclamer les résultats, nous pensons qu’il est acceptable car chez nous au Cameroun c’est environ un mois » a soutenu le conférencier. Cependant au terme de ce scrutin les jeunes du COJUD ont fait des recommandations. Au nombre desquelles, demander aux partis politiques de procéder par des primaires pour désigner leur candidat pour éviter à la population d’avoir à choisir des hommes dont la moralité est fortement douteuse.

» Quant à la CENI nous pensons qu’elle a été indépendante et impartiale dans l’organisation et la gestion de ces élections, elle a su faire preuve de professionnalisme, d’équité et de neutralité pendant le processus électoral. Sur le plan de l’organisation matérielle certains matériels utilisés ne sont pas de bonne qualité. C’est le cas de l’encre qui doit être indélébile sans toutefois tacher » a conclu le conférencier.

Kassoum THERA


Second tour de l’élection présidentielle : L’Association pour la promotion de la femme et de l’enfant se réjouit du fort taux de participation

Au terme des deux tours de l’élection présidentielle l’association pour la promotion de la femme et de l’enfant (ASSOPROFEN) s’est réjouie du fort taux de participation de nos compatriotes aux opérations de vote. Des résultats obtenus grâce aux efforts conjugués des autorités et de plusieurs associations et ONG de la place dont l’ASSOPROFEN, qui à travers un financement du Projet d’appui au processus électoral (PAPEM) a fait sa campagne d’information et de sensibilisation au niveau des marchés de la capitale.

Sensibiliser les femmes et les jeunes en âge de voter pour une forte participation aux élections dans le district de Bamako, tel était l’objectif que s’était fixé l’association pour la promotion de la femme et de l’enfant. Au terme de ce scrutin, le coordinateur de cette association Noumoussa Saganogo a exprimé toute sa satisfaction quant à la forte mobilisation de nos compatriotes. Un résultat obtenu grâce à l’engagement et l’implication de l’ASSOPROFEN qui a organisé des campagnes de sensibilisations au niveau des cinq communes du district de Bamako sur la participation des femmes et des jeunes au vote.

» Avant la tenue du premier tour nos animateurs ont sensibilisé les femmes, les jeunes, et les adultes dans les marchés sur l’importance de la carte NINA, les animateurs ont diffusé des informations sur les lieux de retrait des cartes, la manière d’identification des noms, les documents qu’on doit présenter pour avoir sa carte NINA« a précisé M Saganogo Selon lui, ces activités ont permis une forte mobilisation des femmes et des jeunes des marchés le jour du vote. Il faut rappeler que ce sont 12 marchés du district de Bamako qui étaient concernés par ces campagnes d’information et de sensibilisation. Le chargé de programme de l’ASSOPROFEN a rendu un vibrant hommage au PAPEM qui a permis la concrétisation de ce projet.

Kassoum THERA

L’Indépendant du 16 août 2013.