Partager

Le nouveau président américain est, par son père, un Luo de l’ouest du Kenya. L’Afrique est fière, mais beaucoup d’analystes pensent que cela ne changera pas grand chose à la politique africaine des Etats-Unis. Khartoum a réagi très vite, à l’annonce de la victoire de Barack Obama. Le Soudan dit espérer une « normalisation » de ses relations avec les Etats-Unis. Pourtant, le sénateur Obama a toujours été très ferme justement sur le Darfour. Il y a deux ans. La démocratie revient souvent dans ses propos sur l’Afrique et la corruption aussi. En 2006, au pays de son père, le Kenya, il soulignait que « les populations ne peuvent pas faire confiance à des gouvernements corrompus pour les protéger » Sénateur, il a aussi fait voter cette année une loi qui engage les Etats- Unis à participer aux objectifs du Millénaire pour le développement. Pourtant, quel que soit l’intérêt du nouveau président américain pour l’Afrique, beaucoup doutent que le continent devienne une priorité pour Washington. Le chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade le rappelait d’ailleurs ce mercredi : « Barack Obama a été élu par les Américains, pour redresser l’Amérique ». (Rfi)