Partager

Le président Barack Obama a quitté l’Afrique du Sud lundi après une visite historique placée sous le signe de l’hommage personnel à Nelson Mandela, le héros de la lutte anti-apartheid toujours entre la vie et à la mort à Pretoria, qui a éclipsé les volets économiques et diplomatiques. La présidence sud-africaine,, n’a fait état d’aucun changement lundi matin tandis que le président Obama s’envolait pour la Tanzanie, troisième étape d’une tournée africaine entamée mercredi dernier au Sénégal.Préoccupé par la poussée chinoise sur un continent à la démographie prometteuse faisant figure de nouvelle frontière pour les industriels, M. Obama a annoncé sa volonté d’« ouvrir un nouveau chapitre dans la relation entre les Etats-Unis et l’Afrique », plaidant pour un partenariat d’égal à égal cher aux dirigeants africains même si l’aide humanitaire reste souvent cruciale. M. Obama a convié les dirigeants d’Afrique sub-saharienne à un sommet à Washington en 2014 dont le format rappelle fortement le forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC) organisé chaque année par Pékin depuis dix ans. Sur le livre d’or de l’ancien bagne devenu musée où Nelson Mandela a passé 18 de ses 27 années de prison, M. Obama a exprimé tout son respect, puisant dans le souvenir des années 70 où jeune étudiant il militait pour la libération du plus célèbre prisonnier de l’apartheid: « Au nom de notre famille, c’est emplis d’une profonde humilité que nous nous nous tenons ici, où des hommes d’un tel courage ont fait face à l’injustice et refusé de plier ». AFP.