Partager

L’ancien président américain Barack Obama prononce mardi, dans un stade de Johannesburg, un discours très attendu point d’orgue des célébrations du centième anniversaire de la naissance du premier chef d’Etat noir sud-africain, « le dernier grand libérateur du XXe siècle ». Quelque 15.000 personnes, dont des invités de marque comme la dernière épouse de Nelson Mandela, Graça Machel, l’ex-présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf ou encore l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, sont attendues au stade Wanderers. Chaque année, la Fondation Mandela confie à un invité de prestige le soin de prononcer un discours à l’occasion de l’anniversaire de « Madiba », né le 18 juillet 1918 et décédé le 5 décembre 2013. Après vingt-sept ans dans les geôles du régime raciste blanc, Nelson Mandela, icône mondiale de la lutte contre l’apartheid, était devenu le premier président démocratiquement élu de l’Afrique du Sud en 1994, poste qu’il a conservé jusqu’en 1999. L’éloge de Barack Obama est très attendu, un an et demi après son départ de la maison Blanche. Son entourage l’a présenté comme son discours le plus important depuis sa retraite politique. « Il lui donnera l’occasion de livrer un message de tolérance, d’inclusion et de démocratie à un moment où l’héritage de Mandela est remis en question dans le monde », a précisé son conseiller Benjamin Rhodes au New York Times.AFP