Partager

Le président Barack Obama devait saluer jeudi la démocratie sénégalaise à Dakar, première étape de sa tournée africaine, où il doit aussi se rendre à la Maison des esclaves de l’île de Gorée, une visite hautement symbolique pour le premier président noir des Etats-Unis. Cette tournée d’Obama, qui, jusqu’au 3 juillet, doit aussi le mener en Afrique du Sud et en Tanzanie, risque d’être bouleversée par la mort possible de Nelson Mandela, premier président noir d’Afrique du Sud et héros de la lutte anti-apartheid âgé de 94 ans, placé sous assistance respiratoire dans un hôpital de Pretoria. Arrivé mercredi soir à Dakar avec son épouse Michelle et leurs filles Sasha et Malia, le président Obama devait avoir jeudi matin un entretien avec son homologue sénégalais Macky Sall, suivi d’une conférence de presse conjointe. Les abords du Palais présidentiel où auront lieu l’entretien et la conférence de presse résonnaient du son des tam-tam et des cris de bienvenue des centaines de personnes venues saluer le président américain. M. Obama doit ensuite aller rencontrer les juges de la Cour suprême où il prononcera un discours sur l’Etat de droit, une occasion de saluer la démocratie au Sénégal, une ex-colonie française indépendante depuis 1960 qui n’a jamais connu de coup d’Etat et où se sont succédé sans accrocs majeurs quatre présidents. Le Sénégal fait figure d’exception en Afrique de l’Ouest, une région frappée par les violences politiques et militaires. AFP