Partager

Quel fabuleux chemin que celui de notre organisation commune ! Des hommes et des femmes imbus d’un panafricanisme sans reproche ont porté haut le drapeau de l’intégration à travers l’OMVS. Des actes sont là expressifs par eux même. Devoir de génération, les barrages de Manantali, Diama, les centrales hydroélectriques, la SOGENAV, le retour de la Guinée, Félou… Alors pour demain, le triomphe doit être, aujourd’hui, modeste à la fête.

Le président de la république Ibrahim Boubacar KEITA disait à Félou « le 17 décembre 2013 est un jour historique. » Oui mon président, c’est historique et héroïque dans une Afrique en convulsion de toutes sortes. Alors que gaillardement, l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal poursuit sa vaillante marche de succès en succès. Qu’ils soient loués ces fils, qui contre vents, intrigues et égoïsmes locaux ont poussé le gros navire en pleine eau. Chapeau à eux.

Aujourd’hui on clame « Faire plus et mieux », quel slogan ! Une trouvaille ? C‘est moins sûr
Il faut agiter autre ? Les devanciers ont mis la barre haut.
La fausse note de Kayes serait venue de cet héritier de Sékou TOURE.
Pour quoi, le Président guinéen Alpha Kondé a boudé la grande retrouvaille de la nation OMVS à Félou, ce 17 décembre 2013 ?
Il aura raté une mémorable journée de rendez vous de la solidaire
Organisation .Le professeur , semble t-il, ne voulait certainement pas être le dindon de la farce du partage de l’énergie produite par la centrale de Félou destinée au Mali , la Mauritanie et le Sénégal.. Les initiateurs du projet bien avant que la Guinée ne se décide de rentrer dans les rangs pour quitter définitivement son statut d’observateur. En plus, il a fait le deuil ne pas assister impuissant à la pose de la première pierre de la centrale hydroélectrique de Gouina un peu plus en amont de Félou .Qui ne se souvient pas des sorties de feu Lassana Conté qui disait « attendre pour mieux voir avant d’y entrer… ».

Le choix de ne pas être là est en soi respectable.
C’est d’autant vrai pour lui que les propos de son Chef de Gouvernement au micro des journalistes étaient loin d’être diplomatiquement corrects.
« La Guinée aussi attend.. » a déroulé le PM guinéen Fofana. Alors que fait-il de l’adhésion de la Guinée avec ne prime le poste de Haut Commissaire ? Ou bien estime –il que Kabiné KOMARA, ancien premier ministre de la Guinée est sous surveillance à la tête de notre organisation commune.
En tous les cas, il n’y a pas d’excuse à la bouderie du président Kondé à Félou.

A la cérémonie de ce mardi, l’ombre a plané, celle des présidents ATT, Me Wade et du Haut Commissaire Mohamed Salem Ould Merzoug entre autres qui ont conduit de mains de maitre les dossiers de Félou et de Gouina et bouclé les études de Koukoutamba et Bouréya pour ne citer que ceux-ci. Demain d’autres ne seront pas là aussi. Ainsi va la vie et le fonctionnement des Etats. La continuité, depuis le 11 Mars 1972 à Nouakchott, date de création de l’Organisation.
C’est pourquoi, pour ceux qui ont posé des actes comme ici, respect et honneur doivent être dû.
Pour l’inauguration ce mardi 17 décembre 2013 de la centrale hydroélectrique de Félou d’une capacité de 60 mégawatts, qui aura coûté environs 165 milliards de FCFA, seul le mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est encore en exercice et qui était là à la pose de la première pierre le 30 Octobre 2009.

‘Faire plus et mieux,’ c’est justement féliciter les concepteurs de cet autre futur ouvrage qu’est Gouina à 80 km de Kayes dont la première pierre a été posée par les mêmes chefs d’Etat membres de l’O.M.V.S, dans la même journée de ce mardi. La future centrale d’un potentiel de 1.000 mégawatts coûtera quelque 420 millions de dollars environ 210 milliards de francs CFA. Le délai de sa réalisation est fixé pour fin 2018.
Pour ne pas insulter l’histoire, il faut reconnaitre que la marche a été balisée par les devanciers.
Au lieu de rester républicain, notre nouveau Haut Commissaire de l’OMVS s’est mué en corbeau du président en exercice comme certains cadres de sa trempe savent bien le faire sous d’autres cieux : Laudatifs.
Notre organisation s’en moque du culte de la personnalité. Nul sur cet espace terre n’est indispensable.

Pour une première grande sortie KOMARA a salivé et est tombé sous le charme d’un mortel. Le président Abdoul Aziz, en quête de crédibilité a invité son Gaz à la cérémonie comme dans une banale foire de Marketing. L’OMVS n’est pas tribune de mise en valeur du Gaz mauritanien.
Se trompe —on de missions à l’OMVS où les chantiers sont aussi vastes, importants et urgents ?

DIOP Hamadi Coumba

– —–

Impact du barrage sur le tourisme

Dans la première région administrative du Mali se trouvent d’importantes potentialités touristiques dont, entre autres, les chutes de Felou et celles de Gouïna, situées non loin de Kayes, le chef-lieu de région, qu’il convient de réhabiliter et de protéger.

Les chutes de Felou Situées à 3 km de Médine et à 15 km de Kayes, les chutes de Felou constituent un atout touristique important. Cependant, la nouvelle centrale hydro-électrique a entamé la beauté touristique et culturelle des chutes de Felou. Beaucoup de marmites (piscines naturelles ont été supprimées). La végétation luxuriante a disparu. C’est là où se reposaient les touristes après leur visite. Certaines écritures des colons et des missionnaires ont été supprimées. Les chutes n’existent plus après la saison des pluies. Comme si cela ne suffisait pas, les gendarmes empêchent les visiteurs de sillonner le site. Ils sont laissés sur leur faim.

Recommandation :

Puisque les maraichers et les vergers ont été indemnisés, les guides de tourisme ont été omis. C’est pourquoi l’association des guides dont je suis le Président sollicite l’obtention de la cité chinoise pour servir de structure d’accueil (campement, restaurant, buvette) en guise de compensation ou la construction d’un campement touristique.
Bref, toute sorte d’aide est la bienvenue, car les guides ne peuvent plus convenablement guider vers les chutes de Felou (Association, ONG, gouvernement, bonne volonté).

Les chutes de Gouïna

Situées à 80 km de Kayes et 70 km de Médine, les chutes qui chantent sont les plus grandes de l’Afrique de l’ouest. Les guides craignent la suppression des attraits touristiques et culturels du site. Sachons que les Russes voulaient construire un barrage en 1967. Les diables ont empêché cette œuvre. Quelques explorateurs comme Mage sont passés aux chutes de Gouïna. Toutes ces écritures sont gravées sur ces pierres.

Pendant la saison touristique (octobre-mars) beaucoup de touristes campaient à Gouïna pendant deux semaines.
On verra ce que l’avenir va nous réserver à la fin des travaux dans quatre ans.

Par Brehima SISSOKO

Guide national de tourisme ‘’Canne d’Argent’’

Président de l’Association des guides de Kayes

Email : bsissoko62@yahoo.fr

Tel : 00223 66 99 31 55/ 76 26 75 40

Fort de Médine/Kayes

Le Prétoire du 23 Décembre 2013