Partager

C’est en sursaut et la peur dans le ventre que la population de Bozola  et environs s’est brusquement réveillé  dans la nuit du samedi à dimanche. Et pour cause aux environs de 3 heures du matin des fortes détonations, de déflagrations et  des jets de projectiles lumineux qui s’amplifiaient et s’enchainaient sur le ciel du quartier de Bozola. Ces évènements de panique, se sont déroulés pendant un long moment de la nuit, et de surcroit, près d’un service sensible comme  l’ORTM.

Cette situation a provoqué une scène de panique, de désarrois et de psychose généralisées dans tout le quartier et environnant, empêchant même certains fidèles de se rendre à la prière de Fadjr. 

La population se rappelle encore des douloureux souvenirs  des nuits blanches comme celle du coup d’état de mars 2012, et surtout  la dramatique nuit de l’intervention des bérets rouges à l’ORTM, où le quartier a déploré deux morts : Sétou Ballo et  Salif Camara. Que leurs âmes reposent en paix. Amen.

Ces détonations, ces déflagrations  et ces jets de projectiles, des pétards provenaient de lancement de feux d’artifice géant, projeté à la suite de la célébration en pompe à l’hôtel de l’Amitié, du mariage de la fille d’un richissime opérateur économique de la place : Oumar Niangado dit petit Barou.

Nous invitons les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires afin que de tels évènements déstabilisateurs  ne se reproduisent plus, et  surtout devant un service sensible, l’ORTM patrimoine de Bozola.

Cette situation interpelle les autorités  au  respect de l’état d’urgence  par tous sans exception, plutôt que   des communiqués bancals et laconiques et circonstanciels.
La stabilité et la sérénité du Mali en cette période d’insécurité doit être l’affaire de tous. Que  Dieu protège notre cher Mali.

Mohamed Kimbiri

L’Indicateur du Renouveau du 25 Juillet 2017