Partager

Mardi, à l’hôtel de l’amitié de Bamako, les activités du Salon Novatech 2006, la rencontre régionale de l’Afrique de l’ouest et du centre sur les opportunités d’investissements dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et des services e-business, ont débuté sous la présidence de Dieudonné Alpha Sow secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies.

Près de 400 promoteurs d’entreprises publiques et privées opérant dans le domaine des TIC en provenance de nombreux pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique, prennent part à cette rencontre.

Nombreuses personnalités de marque comme l’ancien Premier ministre français Michel Rocard, présentement député européen et surtout, président de l’association « Afrique initiatives », sont également présents.

Des dizaines de stands sont occupés par des participants.

Mercredi, à l’hôtel de l’amitié, la cérémonie officielle d’ouverture du salon Novatech a eu lieu sous la présidence du chef de l’État, Amadou Toumani Touré.

Etaient présents, le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga, plusieurs membres du gouvernement, représentants d’organisations internationales accréditées dans notre pays.

Initiative du Centre pour le développement des technologies (CDE), ce salon est une opportunité de contacts, de contrats et de promotion des initiatives en matière de technologies nouvelles de l’information et de la communication.

Cette conférence, s’inscrit en droite ligne des initiatives marquantes que notre pays a su prendre au cours des dernières années dans le domaine de la promotion des TIC, a expliqué Ousmane Thiam, ministre de la Promotion des Investissements, des Petites et Moyennes Entreprises.

Efforts déjà déployés par notre pays dans le cadre d’une intense promotion des TIC ont été soulignés par le ministre de la Justice, Mme Fanta Sylla, représentant son homologue de la Communication et des Nouvelles Technologies.

Pour le président de la République, les TIC, permettent aujourd’hui l’amélioration du niveau de vie de millions de femmes et d’hommes grâce à l’accès universel à l’information et au savoir. Aussi, notre pays, ne peut donc rester à l’écart de la révolution numérique après avoir été marginalisé dans la révolution industrielle.

Ce salon, participe de la détermination du gouvernement de faire des nouvelles technologies de l’information et de la communication, non une source supplémentaire d’inégalité et d’appauvrissement, mais une chance de concourir pleinement à la démocratie et à la bonne gouvernance dans notre pays, a expliqué Mr Sow.

Comme Novatech 2006 bénéficie d’un appui financier de l’Union européenne (UE), c’est pourquoi son organisme est présent à l’événement a expliqué Mme Irène Horejs, chef de la délégation de l’UE dans notre pays.

Pour Mme Horejs, l’événement va permettre de développer le secteur des TIC au Mali, en favorisant des partenariats solides pour des opportunités d’affaires entre les professionnels nationaux et les étrangers.

Michel Rocard quant à lui a invité les participants à tirer le maximum de profits de cet événement qui est, selon lui, d’une importance grandiose.

Pour Mme Aïssata Hamata Touré, gérante du stand de l’Agence pour la promotion des technologies de l’information et de la communication (Agetic), Ce salon est une occasion pour son agence de proposer sess produits et aussi de chercher des partenaires pour atteindre certains de leurs objectifs comme les projets de l’intranet de l’administration et de la connexion de l’ensemble des communes de notre pays.

Durant la première journée, en plénière, les participants ont planché sur des thèmes comme « technologies de l’information et de la communication au service des infrastructures, les contraintes de croissance dans les différents secteurs », « la sous-traitance des marchés publics » et « l’impact des technologies de l’information et de la communication sur la gestion des ports de l’Afrique de l’ouest et du centre ».

09 novembre 2006.