Partager


Le nouveau bureau de coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) était samedi à la Maison de l’étudiant face à la presse pour présenter son nouveau cahier de doléances qu’elle vient de soumettre aux autorités. L’AEEM a privilégié le dialogue pour la satisfaction de ces nouvelles revendications.

Le nouveau cahier de doléances de l’AEEM comporte 4 grandes revendications. La première est d’ordre académique et pédagogique et porte sur l’orientation des élèves admis au DEF, âgés de 18 à 20 ans, l’enseignement de la philosophie en 11e année, la création d’une filière de généraliste à l’IFM de Kayes, la réouverture de la section administration et finances à l’Ecica, la réouverture rapide des séries LL et SE au lycée de Diéma et la révision du protocole d’accord du numerus clausus à la FMPOS.

La seconde est d’ordre matériel et concerne l’accélération de la mise à jour de la clinique universitaire, la création ou l’aménagement de complexes sportifs aux niveaux des établissements d’enseignement secondaire général, technique, professionnel et supérieur ; la construction ou l’équipement d’infirmeries, la construction et l’équipement de laboratoires, la construction de salles de classes, d’amphithéâtres, la construction de cantines scolaires et universitaires.


Les troisième et quatrième points de revendications du cahier de doléances sont d’ordre administratif et financier.

Le secrétaire général de l’AEEM, Hamadoun Traoré, a fait savoir que le cahier de doléances a été adopté à l’issue des travaux du 16e congrès de l’AEEM, tenu les 27 et 28 décembre 2008 à Bamako.


Concertation et négociation

« Il faut rappeler que le 16e congrès ordinaire de l’AEEM nous a recommandé de privilégier le dialogue, la concertation et la négociation comme méthodes de lutte. C’est pourquoi aujourd’hui, nous convions la presse afin d’informer l’opinion nationale des problèmes de l’école. Mais surtout d’exprimer aux uns et aux autres, notre volonté de résoudre nos difficultés par la voie de la concertation » , a dit M. Traoré. Et de réitérer que le bureau de coordination reste ouvert au dialogue, comme l’a souhaité les congressistes.

Privilégier le dialogue signifie-t-il qu’il n’y aura pas de sorties intempestives cette année à cause de ces revendications ?

A l’AEEM, on se refuse encore à trancher la question. Néanmoins, le secrétaire général s’est dit engagé à mettre fin aux dissensions, aux violences et aux nombreuses frustrations dans les milieux scolaires pour une école apaisée et performante. M. Traoré indiquera que son mandat est placé sous le triple signe de la re-dynamisation, du rassemblement et de la discipline. « Toutes autres formes de revendications ou de manifestations contraires seront sanctionnées conformément aux textes qui régissent l’Association ».

Sidiki Doumbia

26 Janvier 2009