Partager

La population de Koro attend avec impatience la mise en service de la nouvelle centrale électrique d’EDM-SA. Cette centrale électrique hybride a été installée dans la ville par l’entreprise Zed-SA suite à un marché attribué par EDM-SA.

Le directeur technique de Zed-SA, Toumani Sangaré, a confié au correspondant de l’Amap que la centrale est opérationnelle, tout le matériel en place et en bon état après les tests. Les travaux d’installation de la centrale sont terminés depuis fin août. Les installations en ville sont terminées. Il ne reste que la réception et la mise en service de la centrale.

Après les essais concluants des 4 et 5 septembre, les techniciens de l’entreprise Zed-SA sont rentrés à Bamako. EDM qui doit prendre le relai de la société d’électrification Bankass-Koro (SEBK) tarde encore à venir.

La SEBK, qui couvre 65 % de la ville, assure le service de l’électricité depuis 2008. Elle connaît actuellement des difficultés et n’assure le service que de nuit, un jour sur deux. Même si selon les sociétaires que nous avons rencontrés, la société a été classée première parmi les filiales de l’Amader, elle a du mal à satisfaire ses 670 abonnés.

Selon le préfet Adama Coulibaly, aucune date officielle n’a encore été communiquée pour le lancement de la nouvelle centrale. Une situation qui indispose sérieusement la population, et particulièrement les artisans dont les travaux sont liés à l’électricité.

Soudeur de son état, A. Ouédraogo s’impatiente : « Nous ne comprenons pas pourquoi le lancement tarde. Si les travaux sont terminés, il faut commencer, il n’y a pas à attendre, nous avons besoin d’électricité pour nos activités« . Il exprime ainsi l’opinion de plusieurs artisans.

En attendant la mise en service de la centrale, du bureau du préfet en passant par les autres services de l’Etat, les matériels informatiques dorment dans les cartons faute d’électricité.

La brigade territoriale de la gendarmerie a même installé son matériel informatique dans les magasins d’une station-service de la place pour avoir une source permanente d’électricité.

Moussa Niangaly

(Amap-Koro)

Les Echos du 18 Septembre 2013