Partager

Moins de trois semaines après les premiers attentats suicide de son histoire, le Niger a été secoué dans la nuit de mardi à mercredi par de nouveaux troubles, avec l’attaque d’un commando non identifié contre un camp de la gendarmerie à Niamey. Le ministre de la Défense n’a pas précisé si cette attaque était liée aux récents attentats islamistes qui ont frappé ce pays sahélien, engagé militairement au Mali voisin contre les mouvements jihadistes liés à Al-Qaïda. Deux attentats suicides perpétrés dans le nord du pays le 23 mai ont fait une vingtaine de morts, essentiellement des militaires nigériens. Ces attaques, les premières du genre dans le pays, ont été revendiquées par Les Signataires par le sang du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar et le Mujao. Par ailleurs, le 2 juin, des « terroristes » présumés détenus à la prison de Niamey avaient permis l’évasion d’une vingtaine de prisonniers, selon les autorités. AFP.