Partager

Faculte1.jpg
Les efforts faits par le gouvernement en faveur de l’éducation se sont encore confirmés le week-end avec l’inauguration des nouveaux locaux de deux facultés de l’Université de Bamako : la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG) et celle des sciences juridiques et politiques (FSJP).

Cela n’arrive pas tous les jours mais samedi, les occupants de la « colline du savoir » et celle du pouvoir (en référence au palais de Koulouba) étaient en totale communion. L’événement était présidé par le président de la République Amadou Toumani Touré. Autorités, élus, étudiants, enseignants et responsables de l’éducation s’étaient retrouvés pour ce moment historique pour l’Université de Bamako.

La construction et l’équipement des deux joyaux qui trônent majestueusement sur la colline de Badalabougou, dans le domaine universitaire, ont valu un effort financier de 5 milliards de Fcfa financés par le budget national. A ce montant, il faut ajouter les frais de suivi architectural et de contrôle qui s’élèvent à 289 millions Fcfa. Soit un coût total d’environ 5,3 milliards Fcfa.

La première pierre des nouveaux locaux des deux facultés avait posée le 29 septembre 2005 par le président Touré. Les deux bâtiments sont bâtis sur une superficie de 36 000 mètres carrés.

Chacune des infrastructures est construites sur deux niveaux et ont des configurations architecturales identiques. Chaque bâtiment comprend un amphithéâtre de 525 places et 6 salles de classe de 50 places, des bureaux pour les différents services administratifs, un magasin, une salle de documentation, une salle de sténographie et reprographie.


Un engagement personnel.

Au premier étage, il y a une salle de réunion de 50 places, une salle spécialisée pour la conservation des documents, les bureaux du doyen, du vice-doyen et du secrétaire principal et les secrétariats. L’on retrouve au deuxième étage deux salles de classe supplémentaires de 200 places, des bureaux destinés au DER, une salle des professeurs.

Les annexes de chacun des bâtiments comporte un logement de gardien, un local pour un groupe électrogène et des parkings. Les travaux de construction et l’équipement ont été exécutés par l’entreprise chinoise CHECEC.

Ces données techniques ont été fournies par le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, Amadou Touré qui a précisé que les deux infrastructures offrent à la jeune Université de Bamako d’un cadre commode pour le compte de la Faculté des sciences économiques et de gestion et celle des sciences juridiques et politiques.

Ces belles réalisations contribueront à l’amélioration de la qualité des offres de formation de l’Université, a relevé le ministre, avant d’ajouter que leur réalisation est une marque importante de l’engagement de l’État à donner à l’Université les moyens nécessaires à la réalisation de sa triple mission de création et de transmission du savoir, et de renouvellement des ressources humaines par la formation et la recherche.

Ces nouveaux locaux contribueront, espère Amadou Touré, à retrouver la stabilité, à restaurer et respecter le calendrier académique, et réinstaurer les capacités du personnel enseignant au niveau de l’Université.

Le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique a mis l’accent sur l’engagement personnel du chef de l’État en faveur de la dotation de l’école de moyens adéquats de travail.

Il a ensuite rendu hommage à l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga et à son propre prédécesseur, feu Mamadou Lamine Traoré pour avoir suivi avec détermination l’exécution du chantier. Le Premier ministre, Modibo Sidibé qui a veillé à son aboutissement a reçu également les hommages du ministre Touré.

Avant l’intervention du ministre, le secrétaire général de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), avait fait part de toute la fierté et de la reconnaissance des élèves et étudiants pour la construction de ces nouveaux locaux. « L’AEEM n’a pas à remercier les autorités pour action qui relève de leurs devoirs.

Mais force est d’exprimer notre gratitude au président de la République et au gouvernement pour toutes ces infrastructures réalisées en faveur de l’école », dira Ibrahim Baby, appelant le chef de l’État, le gouvernement, le corps enseignant et les parents d’élève à trouver une solution durable aux problèmes de l’école.

Ibrahim Baby a saisi l’opportunité pour soumettre quelques revendications des élèves et étudiants, à savoir l’augmentation des bourses d’étude (eu égard au renchérissement du coût de la vie), la redynamisation du sport scolaire et universitaire, la création d’une bibliothèque universitaire et d’un campus universitaire.

L’AEEM, a assuré son patron a accueilli avec un grand intérêt l’annonce de la tenue prochaine du Forum national sur l’éducation.

Solidarité et responsabilité.

L’intervention du président de la République était très attendue à cette cérémonie. « Je suis très fier de ce que nous venons de réaliser. Ces deux infrastructures permettront à nos enfants de travailler dans de meilleures conditions. Notre souhait le plus ardent est que l’école retrouve sa réputation d’antan. Ces nouvelles acquisitions doivent constituer une réelle source de motivation », a dit le chef de l’État s’adressant aux enseignants et aux étudiants.

Amadou Toumani Touré a indiqué que ces efforts faits par le gouvernement et tout le peuple offrent aux futurs décideurs du pays, un meilleur cadre d’étude, dans la perspective d’aborder les compétitions mondiales.

« Il n’y a plus de place pour la médiocrité dans ce monde globalisé. La course est désormais engagée pour l’excellence partout dans le monde« , a ajouté le chef de l’État en promettant que l’État, en fonction de ses moyens, continuera à faire le nécessaire pour améliorer les conditions d’études et de travail à l’école.

Amadou Toumani Touré a annoncé à l’occasion, la création d’une bibliothèque universitaire, le renforcement des bibliothèques des différentes facultés, ainsi que la construction très prochaine d’un campus universitaire. « J’ai sollicité et obtenu du directeur général de l’UNESCO, la création d’une bibliothèque universitaire.

Le gouvernement vient aussi d’octroyer 50 hectares à Kabala, pour la construction d’un campus universitaire. Les études techniques du projet sont terminées. Nous ambitionnons également d’implanter des pôles universitaires à travers le pays.

Il a aussi évoqué la construction par la Chine, de deux écoles d’agriculture, l’une à M’Pessoba dans le cercle de Koutiala et l’autre à Sévaré (Région de Mopti).

« C’est pour dire que nous avons de grandes ambitions pour l’école », poursuivi le président Touré, avant de rendre hommage à tous les pionniers qui ont contribué au développement de l’éducation dans le pays : les anciens professeurs, instituteurs et administrateurs de l’école qui ont consacré toute leur vie à promouvoir l’excellence, la discipline, la solidarité et la cohésion dans l’espace scolaire.

« J’invite aussi bien étudiants que les enseignants à faire preuve de plus de solidarité et de responsabilité. Je prend acte de l’engagement des partenaires de l’école en faveur d’une culture de l’excellence. En effet, aujourd’hui il ne suffit plus d’être bon. Il faut être très bon, pour ne pas dire excellent« , a conclu le président de la République.

M. N. TRAORÉ

16 Juin 2008