Partager

Une semaine après un premier sommet à Abidjan, les chefs d’État ouest-africains se réunissent de nouveau jeudi à Dakar pour tenter de répondre aux troubles et violences au Mali et en Guinée-Bissau nés de coups d’État militaires qui ont déstabilisé ces 2 pays déjà en crise. Ce sommet des15 pays de la Cédéao a pour objectif « de synchroniser les réponses régionales aux crises politiques en cours dans 2 des États membres, la Guinée-Bissau et le Mali », selon un communiqué de la Cédéao publié mercredi soir. Le président malien par intérim Dioncounda Traoré participe au sommet, de même que Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne. A la veille du sommet de Dakar, une délégation de l’ex-junte s’est entretenue à Ouagadougou avec le président Compaoré : à l’issue de la rencontre, le ministre des Affaires étrangères burkinabè a déclaré que les affrontements « ne remettent pas en cause » la transition. Concernant la Guinée-Bissau secoué par des convulsions politiques et militaires depuis son indépendance, un nouveau coup d’État militaire a eu lieu le 12 avril. Mardi la junte a dit accepter « toutes les exigences » de l’Afrique de l’Ouest sur le retour du pouvoir aux civils, à l’exception du rétablissement dans ses fonctions de président par intérim Raimundo Pereira. AFP.