Partager

La classe politique devrait entrer de façon significative dans le gouvernement Moctar Ouane II. Ce qui va renforcer la recherche d’un consensus politique pour aller aux urnes, malgré certaines insuffisances.

 maliweb.net -Après les consultations du président de la Transition et du Premier ministre, il ressort qu’en principe, le nouvel attelage gouvernemental devrait s’étoffer de plusieurs cadres politiques. Ce qui va favoriser une plus grande participation aux futures élections.

En effet, malgré les réticences et les exigences de « garanties » du mouvement M5-RFP, l’URD, le parti locomotive de l’ancienne opposition, devrait faire son entrée dans le gouvernement. Sans compter que des personnalités proches de certains leaders du M5-RFP pourraient entrer dans l‘équipe. L’on parle de proches de Modibo Sidibé des FARE Anka Wuli, de Me Mountaga Tall du CNID Faso Yiriwa Ton, ou de ces partis respectifs. Toute chose qui devrait avoir pour conséquence de fragiliser sérieusement l’entité résiduelle du M5-RFP, dont s’était préalablement désolidarisé, « l’autorité morale », l’imam Mahmoud Dicko.

En outre, avec l’entrée au gouvernement de cadres de l’ancienne majorité, Ensemble Pour le Mali (EPM) de Dr Bokary Tréta et du regroupement L’espérance nouvelle (Jigiya Kura), l’équipe gouvernementale aura réussi à rassembler plus de chapelles politiques pour aller sereinement aux urnes.

Sans oublier qu’avec l’apport du Comité d’orientation stratégique(COS), les autorités de la Transition pourront baisser la tension et les désamorcer les suspicions en vue maximiser les chances d’un modus vivendi sociopolitique ? Ce qui peut aider le pays à le sortir de la crise.

En revanche, il faut craindre qu’avec ce renforcement de l’équipe gouvernementale, une sorte de recommencement de tâches s’opère dans l’évolution de la Transition. Cela ne doit surtout pas inciter à dépasser le délai des 18 mois préalablement défini pour cette période transitoire. Engagement fortement et régulièrement réitéré par le président Bah N’Daw et son Premier ministre, plus que préoccupés à rassurer les partenaires d’un Mali, qui, faut-il le rappeler, est hélas sous perfusion internationale.

Boubou SIDIBE/maliweb.net