Partager

La violence faite aux hommes demeure encore un tabou dans notre société. Pourtant le constat démontre qu’ils sont nombreux les hommes à être violentés par leurs femmes.

Dans une société phallocratique, il est difficile pour ces hommes battus de crier leur peine à la face du monde. « Un homme battu », ceci reste encore un tabou dans notre pays. Pourtant de nombreux hommes sont victimes de violences conjugales, d’agressions physiques, verbales et psychologiques. Moussa a subi pendant des années des coups et insultes de la part de sa femme. Lui comme des milliers d’autres hommes, victimes de violences conjugales, souffrent dans le silence.

Car ce genre d’agressions est tu dans notre société. Ils sont rares ceux qui choisissent d’en parler à cause de la pesanteur socioculturelle et des mœurs. Pourtant quelques ONG qui travaillent à promouvoir les droits des femmes et des enfants reçoivent la visite de certains hommes violentés dans leurs foyers. Une femme battue, c’est courant et même banal dans les esprits mais quand il s’agit de l’homme, l’on est plus choqué. Pire la victime se sent coupable et incomprise : outre les agressions par la femme, ces hommes sont sujets de risée générale. « Ma femme m’a enfermé dans notre chambre à coucher, elle m’a battu jusqu’à ce que j’ai le bras cassé. Elle m’accusait d’entretenir une liaison extraconjugale », nous explique Karim, cet homme âgé d’une quarantaine d’années. Il avait les bras dans l’écharpe après s’être fait agresser par sa femme et grâce à un travailleur d’une ONG de promotion de la femme, nous découvrons qu’à l’instar de Karim, beaucoup d’hommes se font battre par leurs épouses.

Certaines femmes sont parvenues à installer chez leurs partenaires un sentiment de crainte et d’humiliation. Terrifié par la femme qui prend le dessus après chaque dispute, certains hommes redoutent de regagner leur nid conjugal, comme le témoigne ce jeune homme de 35 ans marié à une dame de 10 ans de plus que lui. « Elle me donne régulièrement des gifles, des coups de poing, de pied quand nous nous disputons. Il lui est même arrivé de me donner des coups dans les testicules parce que je suis rentré tard la nuit. Elle n’était pas comme ça au début de notre mariage, je tenais tellement à elle que je ne voulais pas lui porter la main. Aussi elle a pris l’habitude de me lancer des chaises, du balai et tout ce qui lui tombe sous la main. Maintenant elle se montre plus violente. J’ai peur de rentrer à la maison, je pense que je vais finir par me séparer d’elle », avoue Moussa d’une voix désolée.

En plus des agressions physiques, les hommes violentés font objets d’agressions verbales et psychologiques « Ma femme m’insulte père et mère devant tout le monde. Je suis devenu le pouffons de ma cours, quand je rentre du travail, elle m’insulte d’incapable et de moins que rien devant tout le monde », déclare Adama un revendeur de pièces détachées au grand marché. La violence verbale constitue l’une des plus grandes agressions des hommes dans notre société. L’homme est perpétuellement humilié et bafoué dans sa dignité et dans sa virilité par une campagne violente.

Khadydiatou Sanogo

Le Républicain du 13 Juin 2012