Partager

Sans appel, c’est le moment ou à jamais que le Peuple Malien s’exécute de ses droits et ses devoirs en défendant avec bravoure sa Patrie, le Mali, qui est attaqué par des ennemis. Quelque soit la puissance de ces ennemis, le Peuple Malien tout entier (quelque soit les positions socioprofessionnelles et catégorie sociale) a le droit et le devoir de s’unir autour de l’amour de la Patrie pour relever les défis de ce moment de dérive.

Aujourd’hui, votre rubrique « nos Droits et Devoir » ne va pas vous détailler les textes ni les articles de lois encore ni vous expliquer les rôles de différentes institutions non plus des droits du Peuple venant des gouvernants. Mais, plutôt de rappeler au peuple, au nom des droits et devoirs, de relever les défis de l’heure pour surpasser l’humiliation nationale.

Le Mali des grands empires et des grands rois de renommé immortel est à genou. Les trois tiers de son territoire sont occupé par des envahisseurs imposants leur charia. Ces derniers s’en prennent à notre Patrie afin de nous imposer la soumission, et de détourner notre chère patrie à leur guise. Cela, au déshonore de chacun de nous, de nationalité malienne et d’origine malienne. Telle chose qui n’a jamais été le cas au temps de nos ancêtres et descendants.

Depuis plus de neuf mois, notre Mali est atteint dans son intégrité territoriale, de son honneur, de sa bravoure, et surtout de son renommé mondial sur tous les plans. Au moment que des envahisseurs ont eu le courage de confisquer notre partie, c’est en ce même moment qu’une crise institutionnelle nous tombe dessus tendant à nous faire oublier l’essentiel (le Mali, notre patrie). Tout en nous existant vers la préservation et la quête de l’intérêt personnel. Les nouvelles autorités venues par infraction, non légitime, tardent à trouver de solutions adéquates. Pire, ces dernières cherchent à ficeler leur part au détriment de l’intérêt de la patrie.

Pour ce faire, nous sommes tentés d’interpeler tous les citoyens maliens à laisser les différences de côtés et surtout de mieux s’impliquer au nom de la patrie. L’armée malienne doit savoir que c’est la première fois qu’elle fuit du champ de combat en laissant une partie de notre territoire aux mains des envahisseurs. Quelque soit les défaillances, pour le sauvegarde de la patrie et pour l’histoire, les militaires ont le droit et le devoir de regagner le champ de bataille. Cela, en conformité avec notre hymne national. Surtout que leurs prédécesseurs n’ont jamais fuis l’ennemi.

Tout comme les militaires fuyards, tous les citoyens sont interpelés au nom de ses droits et devoirs à l’égard de la patrie. La patrie est en danger. Elle a des droits et devoirs envers nous tous. La conscience et le patriotisme imposent à chaque malien de donner le meilleur de lui-même afin de laver l’affront national. Chacun de nous doit, à travers sa situation socioprofessionnelle, d’œuvrer pour l’honneur de la nation. Le temps de croiser les bras en regardant les autorités compétentes est révolu. L’heure est au sacrifice de soit même pour le sursaut malien. Car, l’histoire retiendra que les deux tiers de notre territoire ont été l’occupation à notre époque.

Afin que nos progénitures se glorifient de nous, comme on se glorifie de Soundjata et autres grands Rois dont nous sommes descendants, le Peuple Malien n’a ni de droits ni de devoirs que de s’impliquer de façon collective à laver l’humiliation nationale. C’est-à-dire de s’engager dans le cadre de la reconquête de nos régions envahies. C’est seulement la seule chose qui peut honorer la patrie malienne qui n’a jamais sombré autant.

Oumar Diakité

27 Septembre 2012