Partager

Administrations et secteur privé ont repris normalement le travail mardi à Bamako, après la quasi-paralysie causée par le coup d’Etat militaire du 22 mars au Mali qui a renversé le président Amadou Toumani Touré avec qui la France a dit avoir eu un contact rassurant. Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé que l’ambassadeur de France à Bamako, Christian Rouyer, « a pu s’entretenir par téléphone avec le président ATT qui l’a rassuré sur son sort ». Le ministère s’est cependant refusé à tout commentaire sur le lieu où se trouverait le président.Dans le même temps, un sommet extraordinaire de chefs d’État ouest-africains sur la crise malienne s’est ouvert à Abidjan. La junte a appelé lundi soir les rebelles touareg qui progressent dans le nord à « cesser les hostilités » et négocier. « Tout est négociable à l’exception de l’intégrité du territoire national et de l’unité de notre pays », a déclaré son chef, le capitaine Sanogo. AFP.