Partager

jpg_mod_article153168.jpg
Au cours de la cérémonie d’ouverture des travaux d’une réunion d’information le mardi 14 avril 2009 à Koulouba, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane, en présence de son collègue de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné, a rappelé que la cérémonie solennelle les 13, 15 et 17 février 2009 à Tessalit et à Kidal a consacré la cessation des hostilités qui avaient perturbé la paix et la sécurité dans le Nord.

Selon le ministre Ouane, ce retour de la paix est à mettre au compte de l’engagement des plus hautes autorités et des pays amis, en particulier la République d’Algérie et la Grande Jamahiriya libyenne. Pour le chef de la diplomatie malienne, ces assises ont créé les conditions de mise en œuvre de l’Accord d’Alger du 4 juillet 2006, des recommandations du Forum de Kidal des 23 et 24 mars 2007 et des projets et programmes de développement spécifiques comme le Programme de développement de la région de Kidal (PDRK) et le Programme d’appui au développement des régions du Nord (Adere-Nord).

« Le gouvernement du Mali demeure convaincu que ces conditions permettent d’envisager la dé classification de la région de Kidal dans l’échelle des risques de sécurité établie par les Nations unies » , a déclaré M. Ouane. Et de révéler que le coordonnateur résident du système des Nations Unies, va bientôt organiser une réévaluation de la situation sécuritaire dans la région de Kidal afin de permettre la relance des actions de développement.

Moctar Ouane a rappelé que pour consolider les acquis, le gouvernement s’emploie, d’une part, à la mise en place rapide des unités spéciales après le cantonnement des éléments de l’Alliance et, d’autre part, à la mise en œuvre diligente des actions directement financées sur ressources propres ou sur des Programmes existants déjà financés par les PTF.

A l’en croire, ces actions visent « le renforcement de la cohésion sociale, des capacités en gouvernance de la paix et de la sécurité, de sécurisation des personnes, des biens et des investissements dans les régions du Nord du Mali ».

S’agissant des infrastructures, le ministre a souligné que la réalisation de dix projets jugés prioritaires par le Mali, y compris les routes et les aéroports de Gao et Kidal, mérite une attention particulière des PTF.


Amadou Waïgalo

Les Echos du 15 Avril 2009