Partager

Les militaires maliens basés à Tin Zawaten ont le sourire.Les américains ont largué, dans la nuit du 11 au 12 septembre 2007 plus de huit tonnes de vivres destinés à eux. Une opération qui s’est déroulée non sans difficulté, étant donné que les hommes de Bahanga lui ont obéï en tirant sur l’avion de l’armée américaine. Satisfait de la réussite de cette opération de largage de vivres mené les américains, le gouvernement avertit qu’il est disponible pour négocier, mais ne cédera, ni au chantage, ni un mettre-carré du territoire national, quoi qu’il advienne.

Notre pays est en guerre contre des terroristes à sa frontière avec le Niger depuis quelques semaines déjà. La fragile paix et la sécurité dans cette partie du territoire national font l’objet de rupture par des actes de bandits armés. Des actes qui constituent une violation flagrante des idéaux dela 3eme République et de la légalité internationale, notamment le traité d’Ottawa sur les mines anti-personnelles.

C’est pourquoi, mettant à profit la fin de Flintlock 2007, Mamadou Klazié Cissouma, ministre de la Défense et des Anciens Combattants, sans cacher la volonté des plus hautes autorités de trouver une solution négociée à cette crise, a déclaré que “ ces actes qui se manifestent par des poses de mines, d’attaques de convois militaires et de prises d’otages, méritent d’être condamnés par la communauté internationale et leurs auteurs combattus avec la dernière rigueur et détermination”.

Alors pour venir à bout de ces bandits, le Mali a sollicité l’aide de ses amis afin de ravitailler en vivres ses militaires au front. Du côté des Etats-Unis d’Amérique, la réaction ne pouvait pas tarder quand on sait que le pays de l’Oncle SAM ne badine pas lorsqu’il s’agit de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes.

Ainsi, fidèle à son pragmatisme, à sa disponibilité et à sa promptitude, le gouvernement américain a ordonné à ses militaires au Mali d’apporter des vivres à nos troupes sur le terrain. C’est dans ce cadre qu’une opération de largage de vivres a eu lieu dans nuit du 11au 12 septembre, entre 22h et 3h du matin. Elle a permis d’envoyer plus de huit tonnes de vivres constituées de céréales et de tout ce dont les militaires ont besoin.

Néanmoins, si les militaires maliens ont le morale au beau fixe après cette opération, il faut tout de même signaler que le largage de vivres a failli être perturbé.Selon nos sources, lorsque Ibrahim Ag Bahanga a eu vent de cette opération, il a donné l’ordre à ses hommes de tirer sur l’avion américain. C’est ainsi que lors du dernier largage de vivres, l’appareil a essuyé des tirs. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal. Puisque, selon nos sources, un militaire américain aurait été légèrement blessé au cours de cette attaque.

Aujourd’hui, le gouvernement malien se dit satisfait de cette intervention de la partie américaine. C’est pourquoi, au nom du gouvernement, le minsitre de la Défense et des Anciens Combattants, Mamadou Klazié Cissouma vient d’adresser une lettre de félicitations au gouvernement américain par l’entremise de sa représentation diplomatique à Bamako.

Egalement comblé par ce geste du pays du Président George W. Bush, hier au cours du conseil des ministres à Koulouba, le Président de la République Amadou Toumani Touré n’a pas manqué de remercier l’Amérique pour son engagement et sa disponibilité aux côtés du Mali en cette période de crise au Nord. Il félicite donc ce pays pourson soutien au nôtre qui n’a pas un problème avec l’une des ethnies dans sa partie nord. L’armée est plutôt défiée par des terroristes qui luttent pour leurs propres intérêts.

Dans tous les cas, le gouvernement malien qui privilégie toujours le dialogue pour une solution à cette crise, n’entend pas se laisser faire. Si Bahanga et Fagaga sont prêts pour négocier, la main du gouvernement reste tendue. “Dans le cas contraire, il n’est pas question pour le gouvernement de céder ni au chantage, ni un mètre-carré du territoire malien, quoi qu’il advienne”, déclare-t-on du côté du pouvoir malien.

C’est dire que tout pays engagé dans le combat contre le terrorisme doit comprendre la main tendue du gouvernement malien et en conséquence soutenir ses actions sur le terrain.

Oumar SIDIBÉ

13 septembre 2007.