Partager


Dans un communiqué rendu public et lu à la télévision nationale, le ministère de la Défense et des anciens combattants a annoncé, le lundi 19 janvier, que la «  principale base «  du chef des bandits armés de Kidal, Ibrahim Ag Bahanga, située à Tinsalak dans le nord-est du Mali, avait été « détruite » le même jour par l’armée.

La principale base de Ibrahim Ag Bahanga située à Tinsalak a été détruite, lundi, suite à une offensive des forces armées nationales. Un groupe de rebelles a été fait prisonnier. Des munitions et du ravitaillement en vivres et en carburant ont également été saisis  » relève ce communiqué. »

Depuis la semaine dernière, l’Armée a engagé une offensive contre les bandits armés de Kidal. C’est ainsi que la patrouille dirigée par le colonel Mohamed Ould Meydou avait tué, dans la zone de Tin – Essako, 8 bandits armés et fait une dizaine de prisonniers dont l’un a finalement succombé des suites de ses blessures. Cet avantage a été renforcé par l’Armée qui a mobilisé des éléments à partir de Gao avant de lancer lundi 19 janvier un assaut contre la base de Bahanga à Tinsalak.

De sources militaires, il semble que les bandits armés n’ont pas résisté aux forces armées et de sécurité. Informés du départ celles-ci pour Tinsalak, la bande à Bahanga a pris la fuite.

Mais l’armée a pu encercler un petit groupe, à bord de trois véhicules, bien armés. Une source militaire a précisé à l’AFP que « plus de 1.000 litres de gasoil » avaient été saisis sur place, ainsi que « des centaines de tonnes de vivres et de nombreuses munitions« .

Cette opération qui consiste à traquer les bandits armés de Kidal résulte de la volonté du peuple malien qui, à l’instar de son président, pense que «  trop, c’est trop « .

Cette option militaire ne s’applique pas aux membres de l’Alliance du 23 mai pour le changement et la démocratie qui sont en pourparlers avec Bamako afin de poursuivre le processus de paix tracé par l’Accord d’Alger du 4 juillet 2006.

Cependant, s’ils continuent la surenchère, l’Etat sera obligé de s’assumer et de les frapper avec le même bâton que la bande criminelle et assassine de Ibrahim Ag Bahanga.

A suivre


Chahana TAKIOU

21 Janvier 2009