Partager

jpg_jpg_a-4.jpgIl est catégorique : « Ibrahim Ag Bahanga n’est pas chez nous. Il n’a été arrêté par personne ». Alors où se trouve Bahanga ? Il répond en ces termes : « Je ne sais pas. Bahanga ne nous intéresse plus. Depuis qu’il s’est mis en dehors de l’Accord d’Alger, il a cessé d’être notre interlocuteur et nous ne nous préoccupons pas de lui. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la poursuite du processus de paix qui a comme boussole l’Accord d’Alger ».

En réalité, Ibrahim Ag Bahanga est bel et bien à Tripoli. A en croire des sources proches du secrétariat général de la CEN-SAD et d’une délégation de la communauté Idnane qui vient de séjourner en Libye. C’est dire que l’information, balancée à la fois par RFI et l’AFP est bien fondée à savoir que Bahanga a été accueilli en Libye pour des raisons humanitaires.

Ce sont en effet, des proches de Bahanga qui tentent de brouiller les pistes. Sinon, Bahanga n’est ni au Mali ni en Algérie.

Pour la simple et bonne raison que toutes ses bases ont été détruites dans l’Adrar des Ifoghas par les éléments de l’armée malienne commandés par le colonel Mohamed Ould Meydou. L’armée continue de ratisser dans la zone y compris le long des frontières nigériennes et algériennes.

La suprématie militaire des hommes du chef d’Etat Major Général des Armées, le Général Gabriel Poudiougou sur les bandits armés de Kidal en l’occurrence, Ibrahim Ag Bahanga, ne fait l’ombre d’aucun doute. Il est aujourd’hui esseulé et tout porte à croire qu’il bénéficie de la protection du président Kadhafi, réputé être un « ami du Mali ». Quel paradoxe !

Chahana TAKIOU

L’Indépendant du 27 Février 2009