Partager

Le chef du mouvement des ex-rebelles touaregs du Mali, Iyad Ag Ghaly, qui mène une médiation pour la libération de militaires enlevés dans le nord du pays, a obtenu une prolongation de la trêve entre leurs ravisseurs et l`armée, a-t-on appris lundi auprès de son entourage.

M. Ag Ghaly, chef de l »Alliance démocratique du 23 mai 2006 pour le changement » (ex-rebelles touaregs), a noué des contacts les 31 août et 1er septembre avec le groupe armé dirigé par Ibrahim Ag Bahanga, dont des hommes ont enlevé les 26 et 27 août plusieurs dizaines de militaires maliens.

Environ trente de ces militaires sont toujours otages après la libération de neuf des leurs par l`armée et l`évasion de trois autres. « Les négociations se poursuivent. Nous ne pouvons pas donner des détails, mais le médiateur a déjà obtenu une prolongation de la trêve« , a déclaré à l`AFP un proche de Ag Ghaly, présent avec lui sur le terrain.

Cette trêve avait été obtenue par le médiateur avant son départ de Bamako pour le nord du Mali, le 30 août. Elle a eu pour effet la suspension des opérations de l`armée pour libérer ses soldats kidnappés.

Iyag Ag Ghali a séjourné dans un premier temps « dans le secteur où se trouve Ibrahim Ag Bahanga« , puis s`est rendu à « Tinzaouatène, côté frontière algérienne, où se trouvent positionnées les troupes de l`armée régulière« , a dit le proche du médiateur joint depuis Bamako.

Lundi, le médiateur devait aller une nouvelle fois à la rencontre du groupe de Ag Bahanga pour tenter d`obtenir la libération des otages.

Selon l`entourage de Ag Ghali, « certains sont blessés, mais pas gravement« , sans toutefois fournir d`autres précisions.