Partager

Dans notre parution N° 250 du lundi 12 mars, nous annoncions que Gandaïso avait eu un accrochage avec le groupe d’Akilicla, dans le Gourma d’Ansongo, notamment à Tessit. Au cours de cette bataille, six rebelles ont été tués et un fait prisonnier.

Ce groupe rebelle, composé essentiellement, nous a-t-on dit, de déserteurs de l’armée malienne et affilié au MNLA, n’a pas digéré la raclée administrée par Gandaïso. C’est pourquoi, le jeudi 15 mars dernier, il s’est lancé dans une expédition punitive contre ce mouvement d’autodéfense dirigé par le Sergent Amadou Diallo. Akilicla et ses hommes se sont ainsi dirigés vers la base de Gandaïso, dans la zone de Soudou Haïré, à 30 km d’Ansongo, plus précisément à Méné Hoye. Mal leur en a pris, puisque les combats, qui ont duré de 8h à 17h30, ont tourné à l’avantage de Gandaïso, selon plusieurs sources crédibles. L’entourage du poste de commandement de Gao parle de 3 morts et de 6 blessés. Une autre source, proche du Président du Conseil de cercle, parle de 4 morts et de 6 blessés.

Le leader de Gandaïso, que nous avons pu joindre au téléphone, nous a dressé le bilan que voici: «il y a eu 6 morts et 7 blessés de leur côté et 2 blessés dans nos rangs. Une personne a été emportée. Tous les blessés sont à l’hôpital de Gao». Avant de nous préciser: «ils sont venus avec quatre véhicules, aux environs de 8 heures, aux abords de notre base.

A 14 heures, quatre autres véhicules sont arrivés en renfort. Mais je pense qu’ils ne reviendront plus, au regard de ce qu’ils ont subi. Dans tous les cas, nous sommes toujours prêts à défendre notre territoire, notre terroir et nos parents». A suivre.

Chahana Takiou

Le 19 Mars 2012