Partager

C’est à bord d’un avion que le Secrétaire général de Sadi, Docteur Oumar Mariko accompagné de quelques militaires maliens a débarqué dans la région de Tombouctou avant de mettre le cap sur la ville de Niafunké, localité passée sous le contrôle des islamistes d’Ansar Eddine depuis fin mars 2012. Le député élu de la localité de Kolondiéba n’était pas à sa première venue dans la région depuis que les groupes armés ont investi les lieux. La visite de mercredi dernier à Niafunké se situe dans la démarche du parti qui est celle d’être au contact des populations maliennes précisément celles du nord et de s’enquérir de leurs conditions de vie. Il s’agissait aussi pour le bouillant député d’établir un contact avec les occupants en vue d’un règlement rapide de cette crise.

Docteur Oumar Mariko que nous avons joint par téléphone, le jeudi matin, a confirmé ce déplacement sur Niafunké estimant que c’est une initiative du parti Sadi qui est d’aller, chaque fois, à la source et de recenser les préoccupations des uns et des autres. Oumar Mariko se défend d’avoir été mandaté par une quelconque autorité que ce soit. Notre interlocuteur qui n’a pas voulu trop s’étendre sur le sujet a précisé que le moment venu, la Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance se prononcera sur la question du nord. Toujours sur la même question, Oumar Mariko a tenu à nous faire part de son désaccord quant à l’organisation d’une élection présidentielle avant la libération des zones sous occupation.

Ce qui est primordial, c’est la libération totale du nord avant tout processus électoral, déclare le député de Kolondiéba. Faut-il rappeler que des voix se font de plus en plus entendre pour demander la tenue d’une élection présidentielle dotant le pays d’un régime démocratique avant toute offensive en direction du nord. Cela conformément à une injonction des Etats-Unis d’Amérique et de certains pays européens. Du côté de Sadi, on est convaincu qu’une élection sans le nord est inconcevable en raison de la situation de ni-guerre, ni-paix que traverse le pays.

La présence mercredi dernier du Secrétaire général de Sadi à Niafunké n’ est pas une première dans l’implication de ce dernier dans le dossier brûlant du nord. On se souvient que dans le courant de février-mars 2012, DR Oumar Mariko s’était rendu au camp des réfugiés maliens de la Mauritanie et avait au cours de ce périple rencontré le président mauritanien et discuté avec lui de la crise du nord.

Cette initiative personnelle sera le prélude à beaucoup d’autres actions menées par l’honorable député en direction du nord. Le 21 juillet dernier, à la tête d’une forte délégation de la COPAM, Oumar Mariko a pu rencontrer à Niafunké des représentants du mouvement Ansar Eddine.

Au mois d’août, il débarque à Sévaré pour s’enquérir des conditions de vie des militaires.

Au parti Sadi, on estime que rien n’est de trop pour ramener les Maliens à s’asseoir autour d’une table. Oumar Mariko et ses camarades sont portés vers un règlement local de cette crise et pensent à juste titre que la solution doit être malienne. Notons que Docteur Oumar Mariko est rentré à Bamako le même jour.

Youssouf CAMARA

L’Indépendant du 14 Septembre 2012