Partager

Dans la nuit de dimanche à lundi 12 mai 2008, la ville d’Ansongo située à 107 km de Gao, a été le théâtre d’attaques de bandes rebelles. Celles-ci venues d’on ne sait où, ont pilonné, sans résistance aucune, les camps de la garde et de la gendarmerie de 2 h à 3 h 45 du matin, aux dires d’habitants de la ville que nous avons joint par téléphone.

L’attaque n’a pas causé de pertes en vies humaines. Mais, selon des sources, les bandits armés ont, dans leur folle équipée, emporté des armements de la gendarmerie avant de s’emparer d’un véhicule de la Satom. Ils ont cassé les vitres des véhicules du Centre de santé qu’ils n’ont pu emporter.

Le 6 mai, le camp militaire de Diabaly dans la région de Ségou en zone Office du Niger avait fait l’objet d’attaques similaires et qui seraient l’œuvre du commandant du camp de la localité, un intégré. Le camp d’Aguelhoc dans la région de Kidal avait lui aussi été attaqué le même jour.

Dans les deux cas, Bahanga, le chef de la rébellion au nord du pays, principal interlocuteur du gouvernement malien dans la résolution de la crise, a rejeté ses responsabilités dans les attaques, affirmant observer la trêve conclue à la suite des pourparlers de Tripoli (Libye) avec l’Etat malien.

Toutefois, la nature des attaques qui se font sous forme de guérilla ayant comme cibles des camps militaires avec l’enlèvement des armes et de véhicules, porte à croire que la crise dans le Septentrion prend des proportions inquiétantes. Les rebelles, quelle que soit la fraction qui serait à l’origine de ces violences, jouent au harcèlement, en procédant à des frappes chirurgicales et par intermittences.


Abdrahamane Dicko

Echos du 13 Mai 2008

— –

Nord : quatre véhicules volés à Ansongo

Les bandes armées continuent de sévir. Une semaine après avoir dévalisé le magasin d’armements de Diabaly dans le cercle de Niono, un groupe de bandits armés à bord de 8 véhicules 4X4, s’est attaqué, hier très tôt le matin, à la brigade de gendarmerie de Ansongo.

Selon nos sources, le dessein des assaillants était d’enlever les véhicules stationnés dans la cour de la gendarmerie. « Depuis un certain temps les gens viennent, pour des raisons de sécurité, garer leurs véhicules à la brigade pendant la nuit. Les bandits ont attendu vers les environs de 2 heures du matin, pour venir voler des véhicules. C’est ainsi qu’ils sont parvenus à emporter quatre véhicules, dont deux appartenant de la société de construction de route, Satom, un à la gendarmerie et le quatrième à un particulier. Ils ont ensuite tiré des coups de fusils en l’air pour protéger leur fuite« , a indiqué notre source en précisant qu’aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

Les assaillants qui auraient pris la direction de la frontière nigérienne, auraient, chemin faisant, tenté de rançonner des commerçants et voler leur carburant. Un des véhicules a fait tonneau en cours de route. Au moment où nous mettions sous presse, les patrouilles lancées à leurs trousses ont pu repérer certains membres du groupe à 100 kilomètres du lieu de l’attaque.

Vendredi dernier, dans la matinée, une patrouille des forces armées a appréhendé un groupe de bandits dans les environs de Inabock, une localité située entre Aguelhoc et Tessalit, dans la région de Kidal. Au cours de cette opération, l’armée a fait 11 prisonniers et récupéré deux Lands Toyota et un lot important d’armements et de munitions. Les bandits ont été mis à la disposition de la prévôté de la gendarmerie.

S. K. HAÏDARA

Essor | AMAP-Ansongo du 13 Mai 2008