Partager

Mercredi 11 décembre 2013 au siège l’UE au Mali, un déjeuner de presse a réuni autour du conseiller politique de la Délégation de l’Union Européenne au Mali, Andrzej Bielecki et du coordinateur projet de l’Agence Luxembourgeoise pour la coopération au Développement(LUXDEV), Etienne Boivier, une dizaine de journalistes maliens. Objectif : discuter de l’appui de l’Union Européenne aux autorités et services sociaux essentiels dans les régions Nord du Mali. Doté d’un budget de 3,28 milliards de francs CFA, cet appui de l’UE intitulé « soutien rapide aux autorités et services sociaux dans les zones post-conflit » et mis en œuvre par LUXDEV se traduit par un soutien matériel aux autorités et services sociaux des 108 communes concernées directement par la crise dans les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, et le Nord des régions de Mopti et de Ségou.

Selon Andrzej Bielecki, le conseiller politique de la Délégation de l’Union Européenne au Mali, l’appui européen a été relancé au Mali et l’UE est, en ce moment, en train d’aider le Mali dans le retour de l’administration et des services de base au Nord. Voilà pourquoi le projet « soutien rapide aux autorités et services sociaux dans les zones post-conflit » de l’UE se décline en plusieurs appuis opérationnels à savoir : la livraison de kit mobiliers et de fournitures de bureaux aux collectivités et aux administrations de l’Etat, en fonction des besoins recensés sur le terrain ; la réhabilitation des bâtiments administratifs ayant subi des dommages lors de la crise et un soutien spécifique au secteur de l’éducation avec la fabrication de 7000 tables-bancs par les artisans maliens.

De l’avis de Etienne Boivier, coordinateur du projet LUXDEV, plusieurs actions concrètes ont déjà pu être menées, avec l’administration malienne et les élus, depuis le démarrage du projet en mai 2013. « L’ensemble des mobiliers et fournitures de bureaux destinés aux collectivités et aux administrations de l’Etat a été acquis, 30 bâtiments abimés ou pillés ont été réhabilités dont le gouvernorat de Gao et les distributions de tables-bancs ont commencé depuis fin octobre », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que ces opérations contribuent également à la relance de l’économie locale, en mobilisant des prestataires et des artisans locaux. Etienne Boivier a rappelé que cet appui de l’UE s’inscrit dans le cadre du relèvement rapide des régions du Nord du Mali. « Il accompagne concrètement le gouvernement malien à l’heure où ce dernier a mis au point un plan de développement accéléré pour les régions Nord destiné à faire face aux défis particuliers de ces zones qui ont beaucoup souffert de la crise des mois passés », a-t-il conclu.

Madiassa Kaba Diakité

Le Républicain du 12 Décembre 2013