Partager

La malnutrition aigüe sévère est la forme la plus dangereuse de malnutrition. Laissée sans soin, elle peut entraîner la mort, assure les experts en santé. Dans le Nord du Mali, «le seuil d’alerte» est dépassé chez les enfants, selon Médecins du Monde (MdM).

«Le taux de malnutrition infantile au Nord Mali dépasse le seuil d’alerte». C’est ce qu’annonce cette ONG dans un communiqué rendu publique en début d’après-midi du mardi 30 octobre 2012. La structure dont des équipes «intensifient leurs activités médicales et nutritionnelles dans les régions de Gao et Kidal» est parvenue au constat suivant : «Dans la région de Kidal, le taux de malnutrition aigüe globale est passé de 6% en 2011 à 13,5% en 2012». Une situation jugée «dramatique». Pour Olivier Vandecasteele, responsable des projets de Médecins du Monde au Mali, les «chiffres ont non seulement doublé en un an mais ils dépassent le seuil d’alerte fixé à 10% par l’OMS [Organisation Mondiale de la Santé, Ndlr]».

«C’est une catastrophe de plus pour les populations pastorales du Nord Mali, traditionnellement moins touchées par la malnutrition », assure-t-il. MdM est une organisation médicale qui travaille dans l’humanitaire notamment dans le cadre des secours d’urgence. La neutralité et l’indépendance sont des principes fondamentaux qu’elle s’est imposée. Dans le nord du Mali, son programme d’urgence vise à restaurer l’accès aux soins de santé pour les populations. L’ONG se prévaut d’un soutien à plus de vingt centres de santé dont deux hôpitaux, du dépistage et de la prise en charge de cas de malnutrition ainsi que du contrôle des épidémies.

Au total, révèle-t-elle, près de 19.000 enfants ont reçu une couverture vaccinale. En même temps, les équipes de MdM ont organisé un dépistage de la malnutrition accompagné d’une prise en charge des cas de malnutrition aigüe chez les enfants de moins de 5 ans. Mais l’ONG appelle néanmoins à mobiliser davantage de fonds.

Seydou Coulibaly

31 Octobre 2012

©AFRIBONE