Partager

La salle de réunion de l’hôtel Salam de Bamako a abrité, le jeudi 26 juillet 2012, la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur les décisions et recommandations de la Cedeao et de l’Onu dans la perspective d’une sortie de crise au Nord du Mali. Organisé par le Collectif des ressortissants du nord (Coren), l’atelier était présidé par Malick Alhousseyni, président du Coren, en présence d’Ousmane Sy, ancien ministre et secrétaire politique du parti Adema Pasj, Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale et de nombreuses autres personnalités.

En prenant la parole, le président du Coren, Malick Alhousseyni, a fait savoir que l’objectif de cet atelier est de partager les décisions et recommandations de la Cedeao et de l’Onu dans la perspective d’une sortie de crise au Nord du Mali.

Il a signalé qu’au terme de l’atelier une sorte de feuille de route fixant les objectifs à atteindre, le chronogramme, les ressources à mobiliser et niveaux de décision sera remise au gouvernement, à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à l’Union africaine, à l’Union européenne et à l’Organisation des nations unies (Onu).

Le président du Coren a souligné que l’exécution de cette feuille de route sera suivie par un comité restreint qui sera mis sur pied au terme des travaux. « Nul besoin de le répéter, la situation au Nord du Mali constitue aujourd’hui la préoccupation principale de nombreux Maliens. A nous de montrer que nous pouvons nous en sortir.

A nous de prendre les initiatives nécessaires afin que les autorités suivent le mouvement. A nous de faire en sorte que les bonnes volontés qui se sont manifestées pour nous aider ne se découragent pas. A nous d’éviter à notre pays de sombrer dans la guerre civile », a martelé Malick Alhousseyni. Pour le modérateur Ousmane Sy, l’objectif du Coren est de mettre les protagonistes autour d’une table afin de trouver les voies et moyens de sortie de crise. « La crise dans laquelle nous vivons est une crise de société », a-t-il dit.

Les recommandations issues de la deuxième réunion du groupe de contact sur le Mali le 07 juillet 2012 à Ouagadougou sont entre autres : le retour complet à l’ordre constitutionnel et de la continuité de l’Etat, la protection des droits civils économiques, sociaux et culturels; les mesures d’apaisement et de confiance; la prorogation des mandats des conseillers nationaux et de ceux des membres du conseil économique, social et culturel; la constitution d’un gouvernement d’union nationale d’ici fin juillet; un appui financier conséquent de la communauté internationale; un dialogue constructif avec les organes de la transition.

Le conseil de sécurité de l’Onu, à sa 6798è séance, le 5 juillet 2012 a réaffirmé son attachement à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali ; condamne la prise du pouvoir par la force, réaffirme son plein appui à la médiation entreprise par la Cedeao et l’Ua ; exige des groupes rebelles présents dans le nord du Mali qu’ils mettent complètement et immédiatement fin aux hostilités sans conditions.

Aguibou Sogodogo

30 Juillet 2012