Partager

L’actuelle rébellion qui était parfaitement prévisible ne semble pas avoir surpris que la population malienne. Les dirigeants du pays n’y ont pas non plus échappé. Et pour cause, ces derniers avaient réussi, via une mission parlementaire, à arracher, «un pacte de non agression» aux meneurs de l’insurrection dès leur retour de la Libye.

Depuis Septembre 2011, des armes de combat, venues de la Libye, avaient atteint le sol malien, transportées par trois groupes de maliens ex-combattants de l’armée du colonel Kadhafi. La question qui a depuis animé l’esprit des maliens est comment ces armes ont pu atteindre le sol malien alors que le pays n’est pas frontalier avec la Libye ?

La maison brûle et il semble malveillant de chercher l’identité de celui qui a y mis le feu. Tous les efforts sont pris pour une recherche de moyens d’éteindre la flamme. Mais l’interrogation soulève d’une part la faiblesse de la coordination des efforts entrepris par les pays du Sahel en vue de faire face à l’insécurité et le grand banditisme dans la région et d’autre part une détérioration des conditions sécuritaires des frontières de notre pays ; frontières presqu’incontrôlées par l’Etat.

Les autorités maliennes imputent cette pourriture des frontières aux accords de paix qui ont mis fin à de précédentes rébellions : les accords de Tamrasset (1992) et d’Alger (2006). «Ces accords ont fait en sorte que l’armée n’avait qu’une présence quasi symbolique» confesse le président de l’Assemblée nationael. «Il n’y avait pas de militaire en arme sur toute la longueur de nos frontières (nord) y compris dans les principales villes» a ajouté un député que nous avons interrogé.

Ces accords ont demandé à l’Etat de démilitariser la zone du Nord. Accords signés sous une «médiation étrangère» notamment l’Algérie, fait-on observer. Le Mali a volontairement souscrit à ces accords. L’armée nationale a donc replié vers le sud. Un vide s’est installé et favorisé l’installation d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi) et de nombreux trafics illicites. C’est ainsi que des armes ont été acheminées au nord Mali après avoir traversées des pays entiers.

Seydou Coulibaly

21 Février 2012

©AFRIBONE