Partager

L’Assemblée nationale du Burundi a approuvé mercredi soir le nouveau premier vice-président du pays, Bernard Busokoza, proposé par le chef de l’État pour remplacer Térence Sinunguruza. La séance de l’Assemblée nationale a été précédée de plusieurs heures de débats houleux au sein du parti au pouvoir, le Cndd-FDD: le choix de ce Tutsi, ex-officier de l’armée burundaise accusé d’avoir participé à la tentative de coup d’État de 1993, qui avait plongé le Burundi dans une longue guerre civile, ne passait pas. « On ne voulait pas de cet homme, mais nous avons accepté de voter pour lui la mort dans l’âme, par respect pour le chef de l’Etat qui l’a choisi », nous a expliqué un député du Cndd-FDD sous couvert d’anonymat.Le Sénat a ensuite validé le choix du président à la quasi-unanimité, 36 sénateurs sur 37, dans les mêmes conditions.M. Busokoza, 60 ans, était jusqu’ici député élu dans la circonscription de Bujumbura. Ingénieur en télécommunications et ancien officier de l’armée burundaise, il est devenu un homme d’affaire prospère avant d’entrer en politique en 2010, au sein du parti Uprona.Son prédécesseur Térence Sinunguruza avait été contrait à la démission lundi après avoir été désavoué par son parti (l’Uprona également). AFP.