Partager

Mamadou Lamine Diakité, enseignant : «Il est de bonne foi»

Je pense que c’est quelqu’un qui peut être de bonne foi. C’est un bon monsieur, il aime son pays. Ce que je crains, c’est qu’il ignore les réalités maliennes. Avec ça, est-ce qu’il aura la tâche facile? On ne sait pas quels seront ses liens avec la junte. Parce qu’il y a deux poids deux mesures. D’un côté, il y a la junte et, de l’autre, le président par intérim. Je ne sais pas comment il va gérer les deux.

Seydou Kassogué, étudiant à la FLASH : «Il est compétent»

Moi je ne le connais pas tellement. Quand même, selon les informations, il est compétent. Il a travaillé à la NASA, il a une expérience internationale. Je pense qu’il peut nous sortir de cette crise. Je pense qu’il peut résoudre la crise du nord et, en même temps, les problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Mamadou Doumbia, enseignant : «Il manque d’expérience dans l’administration»

En ce qui concerne la nomination du nouveau Premier ministre, je retiens deux points. Le premier point c’est que le Dr Diarra n’a jamais participé à la gestion publique au Mali. Cela peut être un point très important. Deuxièmement, la compétence technique de l’homme ne fait l’ombre d’aucun doute. Il a le bagage intellectuel nécessaire pour conduite cette transition. Mais, ce qu’on peut lui reprocher, c’est son manque d’expérience dans l’administration malienne. Cela peut jouer contre lui.

Denise Dakouo, secrétaire : «Si on le laisse travailler…»

Je ne connais pas tellement de choses sur lui, mais je pense que le nouveau Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, est un grand homme, vu son parcours. Il peut être à la hauteur. Là où le pays est maintenant, il faut quelqu’un d’intègre, d’intelligent et de diplomate, pour bien gérer la situation actuelle. Donc je pense qu’il peut bien gérer notre pays, si on le laisse travailler.

Moctar Kamaté, gardien : «Que Dieu l’aide dans sa tâche»

Je pense que la conclusion à laquelle les autorités de notre pays sont parvenues est salutaire. Nous avons appris que le Premier ministre est bon et travailleur. Il a l’amour du pays et de l’Afrique. Puisqu’il est devenu Premier ministre, je pense qu’il aura des bonnes idées pour reconstruire notre pays. Moi, je salue vraiment sa nomination. Je prie pour que Dieu l’aide dans sa tâche.

Amadou Dembélé, vendeur de ciment : «Je pense qu’il peut réussir»

Je salue tout d’abord l’esprit de clairvoyance des militaires, qui ont compris que le pays était en danger, pour intervenir avant de s’engager à remettre le pouvoir aux civils. En ce qui concerne la nomination de Cheick Modibo Diarra, je la salue aussi. Je pense qu’il peut réussir, avec le soutien de tout le monde. Je l’ai entendu sur les antennes lorsqu’il était à la Nasa. Je pense que c’est grand intellectuel. Je lui souhaite bon vent et je demande à la classe politique de placer l’intérêt de la nation au dessus de ses intérêts personnels. Car notre Mali a plus que jamais besoin de tous ses fils pour surmonter ces moments difficiles.

Abdrahamane Touré, enseignant à la retraite : «Le plus important n’est pas de savoir s’il est ou pas à la hauteur»

Je pense que le plus important n’est pas de savoir s’il est ou pas à la hauteur, s’il peut ou pas relever les défis. Pour moi, le plus important, c’était la nomination d’un Premier Ministre. Il revient maintenant à la classe politique de faire taire ses divergences et se retrouver au tour de l’essentiel, à savoir le Mali. Chaque fois que nous avons parlé le même langage, nous avons toujours surmonté les difficultés. Pour moi, l’urgence de la nouvelle équipe qu’il va mettre en place doit être la gestion de la crise du Nord. Je salue au passage la junte militaire et les médiateurs de la CEDEAO, qui ont compris qu’il fallait, pour diriger cette transition, une personnalité qui n’a pas participé à la gestion des affaires publiques ces dernières années. Je demande à mes compatriotes de rester vigilants et de ne pas se laisser piéger par quelques responsables politiques qui n’ont comme seule ambition que d’assouvir leurs intérêts personnels.

Zan Traoré, mécanicien garagiste: «Que Dieu lui donne la force et les moyens de relever les défis»

Je ne connais pas Cheick Modibo Diarra, mais je prie pour que Dieu lui donne la force et les moyens de relever les défis qui l’attendent. Notre pays souffre, mais je pense que nous allons rapidement sortir de cette zone de turbulences. La situation était bien chaotique avant le coup d’Etat du 22 mars. Toutes les conditions étaient réunies pour un conflit postélectoral, par la faute d’ATT, le plus mauvais président que nous ayons connu. Je n’ai pas vu le régime de Modibo Keïta, j’ai un peu connu Moussa Traoré, du moins quand il arrivait au pouvoir. Mais je pense que notre pays n’a jamais aussi été mal géré que sous Amadou Toumani Touré.

Dramane Doumbia, diplômé en droit : «J’ai confiance en ses capacités»

Les circonstances font les grands hommes. Cheick Modibo Diarra est un scientifique très connu au plan international. Les Maliens seront très ravis de le voir mettre cette expertise à notre service, comme il le fait déjà depuis quelques années avec le projet «Pathfinder Foundation.» C’est vrai que les réalités de l’administration et du terrain politique sont tout autres, mais j’ai confiance en ses capacités et en ses compétences. Je demande à l’ensemble de la classe politique, aux forces vives, de le soutenir pour que notre pays retrouve la stabilité.

Propos recueillis par Youssouf Diallo et Yaya Samaké