Partager


La 4ème législature de la 3ème République est en marche depuis le 10 août 2007, date à laquelle le mandat des députés a pris effet selon un arrêt de la Cour Constitutionnelle. Le lendemain 11 août, le président de la République, sur proposition du Premier ministre a convoqué les députés en session extraordinaire, première du genre au titre de la 4ème législature. Cinq points sont inscrits à l’ordre du jour : l’élection du président de l’Assemblée Nationale, la relecture de son règlement intérieur, la constitution des groupes parlementaires, l’élection des autres membres du bureau et enfin la mise en place des commissions de travail.

Après l’élection du président de l’institution le 3 septembre dernier puis l’adoption du règlement intérieur le 21, suivi de la constitution des groupes parlementaires, coup de théâtre dans la salle de plénière. Plusieurs députés ont fait défection des partis politiques qui leur ont permis d’être à l’Hémicycle au profit d’autres partis ou groupement d’indépendants.

L’ADEMA PERD CINQ DEPUTES

Il ne faisait aucun doute que des députés indépendants ont été élus sur des listes de partis politiques ou groupements de partis qu’ils quitteront tôt ou tard.
L’inconnu était combien sont-ils et quand est-ce qu’ils vont enfin se décider à franchir le rubicond. C’est chose faite depuis le vendredi 21 septembre 2007, cinq députés élus sur les listes de l’ADEMA-PASJ ont décidé de rejoindre soit le PARENA, soit le groupe des indépendants.

Le parti de l’Abeille solitaire, emblème de l’ADEMA, qui a pu avoir 51 députés élus selon l’arrêt de la Cour Constitutionelle du 10 août 2007, ne compte plus que 46 députés, soit cinq de moins. La révélation a été faite au moment de la constitution des groupes parlementaires. Ce sont 46 députés qui forment le groupe parlementaire ADEMA et qui ont d’ailleurs signé une déclaration dans ce sens.

Nous ne connaissons pas les noms de tous ceux et de toutes celles qui ont fait défection de l’ADEMA sur les cinq députés deçus, deux des femmes : il s’agit de Mme Ascofaré Oulématou Tamboura, secrétaire générale du Mouvement Citoyen, élue sur une liste ADEMA à Tenenkou.

En tant que secrétaire générale du bureau national du Mouvement Citoyen, il était donc un secret de polichinelle que l’élue ADEMA de Tenenkou regagnera le groupe des députés indépendants. Mais la défection qui a surpris plus d’un à l’ADEMA est celle de Mme Mariko Minata Sidibé de Dioïla. Si elle avait regagné le groupe des indépendants, cela serait quelque peu compréhensif pour certains, car elle est une militante affichée du Mouvement Citoyen.

D’ailleurs, Mme Mariko Minata Sidibé est la chargée de programme du projet Karité, financé à Dioïla par le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

La troisième députée ADEMA qui a quitté son parti est Mme Touré Kadiatou Maïga dite Takho, élue dans la circonscription électorale de Kati.

L’URD PERD SIX DEPUTES

Comme l’ADEMA, l’Union pour la République et la Démocratie (URD) perd à son tour six députés. Les dirigeants du parti de la Poignée de mains, emblème de l’URD se sont rendus compte de la défection de certains d’entre eux dans la salle de plénière Modibo Keïta le vendredi 21 septembre dernier au moment de la constitution des groupes parlementaires.

L’URD qui comptait dans ses rangs 35 députés selon l’arrêt du 10 août 2007 par la Cour Constitutionnelle ne compte plus dans ses rangs que 29 élus nationaux. Ce sont donc 29 députés qui ont aposé leur signature au bas d’un document portant constitution du groupe parlementaire URD. Par rapport à l’arrêt de la Cour Constitutionnelle du 10 août 2007 relatif aux résultats des élections législatives de la même année, l’URD perd donc six députés.

LA BONNE AFFAIRE DU PARENA

Avec cinq députés dans ses rangs dont quatre issus des urnes et une transfuge de l’ADEMA, le Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) réalise une bonne affaire politiquement parlant puisqu’il peut former son propre groupe parlementaire conformément à l’article 20 du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée Nationale qui dit : “Aucun groupe ne peut comprendre moins de cinq membres”. Mais non, le PARENA et le parti SADI ont décidé de former un seul groupe parlementaire de neuf députés dont quatre du SADI.

Les cinq députés PARENA sont : Me Hamidou Diabaté, Mamadou Tounkara, élus dans la circonscription électorale de Kita, Konimba Sidibé et Mme Mariko Minata Sidibé élus à Dioïla. Et enfin Bréhima Béridogo, élu à Kadiolo.

L’Honorable Minata Sidibé était ADEMA au départ, mais pour des raisons familiales et personnelles dit-elle, elle a décidé de rejoindre son frère Konimba Sidibé au PARENA.

LE GROUPE DES INDEPENDANTS DE 14 A 24

Le groupe des députés indépendants passe de 14 selon le verdict de la Cour Constitutionnelle du 10 août dernier portant proclamation des résultats définitifs de l’élection des députés à l’Assemblée Nationale à 24 membres le 21 septembre 2007 au moment de la constitution des groupes parlementaires.

Cela n’est pas une surprise quand on sait que des responsables qui ne militent pas au sein des partis politiques ont réussi à figurer sur les listes de candidatures présentées par les formations politiques. Donc l’on savait que tôt ou tard, ces gens-là quitteront les partis politiques qui leur ont permis d’être à l’Hémicycle. C’est ce qui se fit.

Daba Balla KEITA

24 septembre 2007.