Partager

Le forum sur les droits de l’enfant, les violences et la reconstruction de la paix s’est tenu récemment à Niono sous la présidence du sous-préfet central Massa Sangaré. La rencontre a enregistré la participation des responsables administratifs, des élus locaux, des représentants de la société civile, des services techniques, de sécurité, des groupements et associations des femmes, des jeunes, des Ong de la place, etc.

Le forum avait pour objectif d’échanger sur les problèmes majeurs de l’après crise sécuritaire à Niono, sur les stratégies à mettre en place pour soulager les souffrances de ces populations et formuler des recommandations pour une paix durable gage de tout développement harmonieux, a souligné dans son intervention à l’ouverture des travaux, le coordinateur de Amapros à Niono Alou Coulibaly.
A sa suite, le sous-préfet Massa Sangaré dira que l’initiative prise par Amapros répond parfaitement au souci du Gouvernement qui est en train de mettre des bouchées doubles pour réconcilier les cœurs et les esprits de tous les fils du pays afin d’instaurer une paix durable sur l’ensemble du territoire national.

Initiative de l’Association Malienne pour la Promotion du Sahel (Amapros), en collaboration avec son partenaire financier l’Ong suédoise Diakonia, le forum s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui à la lutte contre le travail et le trafic des enfants par l’éducation. Il s’agit d’un des projets pilotes initiés par Amapros et Diakonia le cadre de la recherche des voies et moyens permettant d’améliorer les conditions de vie des populations victimes de la rébellion armée et d’instaurer en leur sein la confiance et une paix durable.
Le cercle de Niono, rappelons-le, a été attaqué par des groupes djihadistes et alliés au mois de janvier 2013, semant au sein des populations la terreur, particulièrement dans les Communes de Nampalari, Dogofry, Sokolo et Diabali. Et ce sont les femmes et les enfants qui ont payé un lourd tribut lors de ces attaques.

Après une analyse approfondie des conséquences de la crise au plan économique, social, et sur les infrastructures et autres besoins vitaux, les participants ont recommandé d’augmenter le nombre de groupes solidaires bénéficiaires du fonds d’activités génératrices de revenus alloués par Amapros, d’augmenter le nombre d’infrastructures scolaires notamment dans les communes durement touchées par la guerre, de faciliter l’accès au crédit agricole à l’ensemble des paysans du cercle, d’organiser des séances d’information, de sensibilisation et d’éducation sur la paix et le pardon à travers le cercle. Il a été recommandé aussi de multiplier les cadres de concertation de sortie de crise entre tous les acteurs locaux (administration, collectivités, service de sécurité, partenaires au développement) et faciliter l’accès aux terres aménagées à un plus grand nombre de femmes.

L’un des temps forts de ce forum a été la remise de matériel didactique par Amapros et son partenaire financier Diakonia à 10 écoles touchées ou ayant abrité des déplacés du Nord pendant la crise. Ce matériel est composé de règles plates, de compas, d’équerres, de bics, de craies et de livres, le tout pour une somme de 1.450.000 Fcfa. Le don visait à alléger les charges des Ape et des Cgs après le passage des groupes terroristes.

Source : Amap

Le Soir de Bamako du 10 janvier 2014